La protection contre le virus du sida, trop aléatoire dans les milieux gay

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 25 Juillet 2012 : 13h33
Mis à jour le Mercredi 25 Juillet 2012 : 13h51

Alors que les risques d’infection par le virus du Sida en cas de rapport sexuel non protégé et notamment de pénétration anale, sont bien connus des milieux homosexuels, le recours au préservatif n’est toujours pas systématique. Plus d’un tiers des 18 – 25 ans, ne se protègent pas en cas de relation avec un partenaire dont le statut sérologique est différent ou inconnu. 

Conséquence : l’épidémie de Sida progresse à nouveau dans les milieux homosexuels …

© getty

Des comportements sexuels à risques

Selon un travail publié dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), à partir d’une enquête auprès de 24.343 homosexuels majeurs utilisant internet comme moyen de rencontre, les comportements sexuels des 18-25 ans sont un peu moins risqués que ceux de leurs aînés : en l’occurrence, ils déclarent moins de partenaires occasionnels et ont moins de pratiques à risque comme la pénétration sexuelle anale volontairement non protégée («bareback»).

Pour autant, eux aussi multiplient les erreurs : s’ils sont 62 % à rapporter ne pas se protéger avec un partenaire stable, ils sont également 36,4 % à jouer à la roulette russe en ne se protégeant pas avec un partenaire ponctuel. Et près de quatre sur dix ont déclaré ne pas s’être protégés au cours des 12 derniers mois.

En matière de dépistage aussi, il reste beaucoup à faire : 53,9 % des 18-25 ans interrogés disent en effet avoir pratiqué un dépistage au cours des 12 derniers mois.

Dans une population où l’incidence de Sida est 200 fois plus élevée que chez les hétérosexuels - en France, sur les 7000 nouvelles contaminations par an, la moitié concerne des gays - ce n’est donc toujours pas suffisant …

PUB

Plusieurs pistes à suivre

Ce n’est pas parce que les messages de prévention sont bien connus qu’ils sont bien suivis. Les experts sont donc conscients que le simple fait d’encourager le port du préservatif ne suffit pas. Il faut aussi encourager davantage le dépistage.

Et pour les personnes séropositives, faciliter l’accès aux antirétroviraux pour diminuer le risque infectieux au cours des rapports. Le recours au Truvada®, pour protéger les personnes non infectées mais qui prennent des risques, est également une piste intéressante, sans oublier l’usage de microbicide rectal, qui mérite que l’on s’y intéresse de plus près.

Il y a urgence : selon les chercheurs, le sida serait une épidémie à nouveau émergente au sein de la communauté gay et la France ne serait pas épargnée …

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 25 Juillet 2012 : 13h33
Mis à jour le Mercredi 25 Juillet 2012 : 13h51
Source : BEH, 31-32, juillet 2012
PUB
PUB
A lire aussi
10% des porteurs du VIH ont des comportements sexuels à risquePublié le 03/07/2013 - 08h58

Selon la dernière enquête Vespa 2 (VIH : enquête sur les personnes atteintes) publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), près de 10% des porteurs de VIH jugés à « risque élevé de transmission » ont déclaré avoir régulièrement des rapports non protégés dans les...

Que savez-vous sur le sida ?Publié le 06/08/2003 - 00h00

L'été, le soleil, les vacances, toutes ces conditions sont propices à multiplier les rencontres. Certaines se solderont peut être par une relation amoureuse. Pas question d'oublier la prévention. Concernant le sida, connaissez-vous tous les risques de transmission ?

Le sida et le Truvada® : qu’est-ce qui va changer ?Publié le 25/11/2015 - 12h04

Après trois ans de démarches de la part d’AIDES et deux essais cliniques qui démontrent l’efficacité du Truvada ® pour limiter la contamination par le VIH en cas de rapport sexuel non protégé, ce médicament sera enfin accessible en 2016 et pris en charge à 100% par la Sécurité...

SyphilisPublié le 12/03/2003 - 00h00

La syphilis est une infection sexuellement transmissible (IST) due à une bactérie dénommée treponema pallidum.Elle provoque des lésions spécifiques cutanées et des muqueuses (ulcérations non douloureuses sur le pénis, le vagin ou l’anus), et des signes cliniques polymorphes selon le stade...

Plus d'articles