Prédisposition au cancer : hausse spectaculaire du dépistage génétique

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 08 Janvier 2016 : 11h05
Mis à jour le Vendredi 08 Janvier 2016 : 11h05

Effet Angelina Jolie ou pas, le dépistagegénétique n’a cessé d’augmenter en France depuis 2003, atteignant 56.897 consultations d’oncogénétique en 2014, contre 48.434 en 2013, soit une progression de 18% par rapport à l’année précédente. En conséquence, les délais d’attente se prolongent…

La majorité des dépistages génétiques concerne le cancer seins-ovaires

Les consultations d’oncogénétique visent à identifier les personnes prédisposées héréditairement au cancer (patients ou membres non malades de leur famille), qui sont de ce fait à risque élevé de cancer et qui nécessitent une prise en charge spécifique (surveillance ou chirurgie préventive).

On estime que 5% des cancers sont liés à des altérations génétiques et plus 80 gènes de prédispositions génétiques à des cancers ont à ce jour été identifiés. Mais le rapport de l’Institut national du cancer (INCa) indique que la majorité des consultations d’oncogénétiques concerne actuellement le dépistage des cancers du sein et des ovaires et des cancers digestifs, dont le syndrome de Lynch. Entre 2003 et 2014, 49.518 personnes porteuses d’une mutation les prédisposant héréditairement à un cancer ont été identifiées :

  • 20.737 étaient porteuses d’une mutation BRCA les exposant au cancer seins-ovaires (sur 49.000 personnes considérées comme étant porteuses de cette mutation).
  • 9.970 d’une mutation les exposant au syndrome de Lynch ou à une polypose adénomateuse familiale (cancer du côlon ou du rectum).
PUB

Des délais d’attente qui s’allongent…

La hausse du nombre de ces consultations génétiques s’accompagne d’une nette augmentation des délais d’attente : 13 semaines en moyenne pour un premier rendez-vous en 2014, contre 12 en 2013 et 9 en 2012. Selon l’INCa, « dans ce contexte, la majorité des consultations et des laboratoires ont déjà mis en place des procédures spécifiques de prise en charge des cas prioritaires, permettant de réduire considérablement le délai de rendu des résultats ».

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 08 Janvier 2016 : 11h05
Mis à jour le Vendredi 08 Janvier 2016 : 11h05
Source : Institut national du cancer, « Oncogénétique en 2014 / Consultations, laboratoires & prise en charge », http://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/Oncogenetique-en-2014-Consultations-laboratoires-et-prise-en-charge.
PUB
PUB
A lire aussi
Feu vert au dépistage du cancer du sein génétiquePublié le 22/01/2003 - 00h00

Le dépistage du cancer du sein d'origine génétique vient de débuter. L'objectif, alerter et suivre les 34.000 femmes prédisposées, ayant dans leur famille une parente atteinte de cette maladie. Près de 1.000 femmes par an pourraient ainsi être sauvées.

Le cancer colorectal et ses prédispositions génétiquesPublié le 22/04/2011 - 08h59

Le programme de dépistage organisé du cancer colorectal est destiné à toutes les personnes âgées de plus de 50 ans. Diagnostiqué tôt, il peut être guéri dans plus de 9 cas sur 10. Cependant, il existe des cas de transmission héréditaire du cancer colorectal qui nécessitent une prise en...

Cancer du sein : qui doit se faire dépister avant 50 ans ? Publié le 19/05/2014 - 11h25

À partir de 50 ans, toutes les femmes sont invitées à réaliser une mammographie dans le cadre du dépistage organisé du cancer du sein.Les autorités recommandent également un dépistage précoce et spécifique pour les femmes porteuses d’une mutation génétique (BRCA1 et 2).Mais il existe...

Plus d'articles