Pour une hausse du prix de l'alcool

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 12 Février 2003 : 01h00
-A +A
La démonstration a été clairement faite qu'une élévation significative et continue du prix des cigarettes pouvait infléchir la consommation*. En revanche, elle restait à faire pour les boissons alcoolisées. Au final, la hausse du prix de l'alcool permettrait de diminuer la consommation et de réduire le nombre d'actes délictueux.

Il s'agit d'une analyse remarquable des articles qui se sont intéressés à l'effet prix sur la consommation de boissons alcoolisées et sur les délits imputables à une consommation excessive.

Les scientifiques en tirent comme conclusion qu'une telle hausse aurait un impact direct sur la consommation, plus particulièrement chez les adolescents et les jeunes adultes, qu'ils soient consommateurs modérés, occasionnels ou buveurs excessifs. En revanche, chez les buveurs plus âgés, il semblerait que l'effet prix soit modeste sur les 5% de buveurs ayant les plus fortes consommations d'alcool.

Baisse des actes délictueux

Les auteurs ont également calculé l'impact d'une hausse des prix sur les comportements négatifs d'étudiants américains, sous l'effet de l'alcool. Les exemples pris vont des ennuis avec la police ou l'administration de l'université, à diverses incivilités, bagarres mais aussi délits sexuels. L'étude montre qu'une hausse des prix de la bière permet de réduire très significativement la fréquence de ces actes.Ainsi, une hausse de 10% du prix de la bière permettrait de soustraire 200.000 étudiants américains à des actes violents induits par la consommation d'alcool !

Baisse de la maltraitance

Mais ce qui vaut pour les jeunes étudiants vaut aussi pour les adultes et d'autres risques, notamment la maltraitance des enfants. Ainsi, une hausse de 10% des taxes appliquées à la bière réduirait de 2% environ les cas de maltraitance des enfants, notamment ceux qui sont le fait de femmes buveuses excessives. Selon des statistiques américaines, 14% des enfants américains feraient l'objet de maltraitance. Une réduction de 2% permettrait d'épargner 132.500 enfants ! Cela, rappelons-le, en augmentant seulement de 10% les taxes appliquées sur la bière.

Une information utile à l'heure où l'on parle d'élever en France les taxes sur les bières titrant plus de 8 degrés d'alcool au litre !

* Lire article « Baisse des ventes de cigarettes au premier semestre 2002 sous l'effet des hausses de prix », Tabac Actualités n° 29, septembre 2002.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 12 Février 2003 : 01h00
Source : Chaloupka F.J. et coll., The effects of price on alcohol consumption and alcohol-related problems. Alcohol Researc & Health 2002 ; 26 : 22- 33.
A lire aussi
Alcopops ou premix : nouveaux risques pour les jeunes Publié le 02/08/2005 - 00h00

Apparus en Grande-Bretagne en 1995, les alcopops, plus connus sous le nom de « premix » en France, se sont largement répandus chez nous. Il s'agit de boissons alcoolisées, dont le fort goût en alcool est masqué par des ajouts de sucre et d'arômes. La stratégie marketing est directement...

Ados : ils boivent trop ! Publié le 29/12/2010 - 09h49

Nous, les adultes, buvons moins, 10 litres d'alcool pur par an et par habitant, contre 17,7 litres en 1961. Mais nos jeunes ont pris la relève. Ils s’alcoolisent de plus en plus tôt, moins régulièrement, mais dans des quantités plus importantes. S’il rentre complètement saoul, faut-il...

Boire et déboires Publié le 11/06/2003 - 00h00

Les résultats d'une étude menée par la Fédération française de cardiologie révèlent que les adolescents, à l'instar des adultes, ne sont plus fiers de fumer. Mais qu'en est-il de leur consommation d'alcool ?

Plus d'articles