Parkinson : des médicaments aux effets secondaires incongrus...

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 22 Avril 2011 : 11h14
Mis à jour le Lundi 02 Février 2015 : 10h25

Attention, les médicaments les plus souvent prescrits dans le cadre du traitement de la maladie de Parkinson, les « dopaminergiques » peuvent entraîner des effets indésirables, dont des troubles du comportement. Une addiction au jeu développée par un parkinsonien a notamment été relatée par la presse récemment…

© getty

Il est un fait, comme avec tout médicament, que le traitement par les dopaminergiques peut entraîner des effets secondaires indésirables. Ceux-ci sont connus des médecins, mais méritent d’être suffisamment bien expliqués aux patients parkinsoniens et à leur entourage. L’objectif est d’apprendre aux patients et à leur entourage à reconnaître les effets indésirables et à les signaler au médecin, puisqu’ils sont réversibles en diminuant les doses ou en modifiant le traitement.

Les médicaments dopaminergiques

Les patients parkinsoniens présentent des lésions dans des régions précises du cerveau, celles dont les neurones fabriquent précisément de la dopamine. C’est pourquoi le traitement de la maladie de Parkinson repose sur l’administration de médicaments dopaminergiques, afin de compenser le manque de dopamine. Ils permettent notamment d’améliorer les troubles de la mobilité (amplitude des mouvements diminuée, rigidité, tremblements, instabilité, troubles de la posture, etc.). Ces médicaments dopaminergiques sont indispensables pour atténuer les conséquences de la maladie sur la vie quotidienne.

A noter que les médicaments dopaminergiques sont également utilisés pour deux autres maladies : le syndrome des jambes sans repos et un trouble hormonal appelé hyperprolactinémie.

Les inconvénients des médicaments dopaminergiques

Les médicaments dopaminergiques peuvent entraîner des troubles du comportement.

L’utilité des médicaments dopaminergiques ne peut être remise en cause, même s’ils ont l’inconvénient de pouvoir entraîner des effets indésirables, notamment des troubles du comportement.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 22 Avril 2011 : 11h14
Mis à jour le Lundi 02 Février 2015 : 10h25
Source : Point d’information de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), 11 avril 2011.
A lire aussi
L’addiction au jeu : quand jouer n’est plus un jeuPublié le 29/07/2013 - 09h11

En France, 200.000 personnes sont dépendantes au jeu et on estime que 400.000 sont des joueurs à risque. Le joueur addict typique est un homme, jeune, citadin et à faibles revenus. Les conséquences d’une pratique excessive du jeu peuvent être graves (impact financier, isolement, tendances...

Addictions : peut-on être addict à tout ?Publié le 31/05/2016 - 10h22

Quand on pense "addiction", on pense à l’alcool, aux drogues mais aussi de plus en plus souvent au sucre, aux jeux d’argent et vidéo, au sexe, au sport, au travail ou au bronzage... Pensez-vous être addict ? En cas de doute, visitez en ligne le nouveau "village des addictions". Il compile...

Plus d'articles