Origine de la dépression : la piste de l’inflammation cérébrale se confirme

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 09 Mars 2015 : 09h28
Mis à jour le Lundi 09 Mars 2015 : 13h27

La dépression est une maladie particulièrement répandue. Pourtant, ses mécanismes restent méconnus. Des chercheurs canadiens confirment l’hypothèse selon laquelle une inflammation dans le cerveau serait à l’origine de cette maladie qui touche plus de 3 millions de Français.

© getty

Dépression : de nombreux faits en faveur d’une inflammation cérébrale

Cette hypothèse d’une inflammation cérébrale en cas de dépression se base notamment sur les faits suivants :

  • L’activation du système immunitaire et la dépression présentent des symptômes communs : perte de l’envie (anhédonie), tristesse, perte de l’appétit, perte de poids, etc.
  • Les personnes touchées par une maladie dite « neuro-inflammatoire » sont aussi plus souvent atteintes de dépression.
  • Les personnes dépressives présentent plus fréquemment des marqueurs biologiques sanguins de l’inflammation.

C’est précisément cette dernière origine qui vient d’être vérifiée.

PUB

La dépression aurait pour origine une inflammation cérébrale

Cette étude a porté sur une vingtaine de personnes souffrant d’un deuxième épisode de dépression, comparée à autant de sujets témoins. Grâce à l’imagerie médicale (le Pet-scan), les chercheurs démontrent qu’un marqueur spécifique de la neuro-inflammation, dénommé le « TSPO Vt », est présent en plus grande quantité chez les patients atteints de dépression. En se basant sur cette constatation, les auteurs concluent que l’inflammation est plus élevée de 30% dans le cerveau des dépressifs.

Sachant que de nombreux patients sont insensibles aux antidépresseurs, la confirmation de ce mécanisme pourrait ouvrir la voie vers de nouveaux traitements impliquant des agents anti-inflammatoires. Cette piste des marqueurs biologiques pourrait aussi se révéler utile dans le diagnostic souvent difficile de cette maladie.

Rappelons que 3 millions de personnes souffrent de dépression en France ; 19% des Français souffriront d’un épisode dépressif au cours de leur vie ; 70% des personnes succombant à un suicide souffraient de dépression.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 09 Mars 2015 : 09h28
Mis à jour le Lundi 09 Mars 2015 : 13h27
Source : Setiawan E. et coll., AMA Psychiatry. 2015;72(3):268-275. doi:10.1001/jamapsychiatry.2014.2427, http://archpsyc.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=2091919.
PUB
PUB
A lire aussi
Dépression : au-delà du tabou, il faut traiter !Publié le 03/10/2005 - 00h00

Nous pouvons tous être frappés par la dépression. Or cette maladie reste rarement diagnostiquée et mal comprise par l'entourage. Les conséquences sont dramatiques, exclusion sociale et professionnelle, handicap majeur, et trop souvent, suicide. Pourtant, on sait traiter ces troubles…

La dépression abîme le cerveauPublié le 17/11/2014 - 10h30

Les épisodes dépressifs majeurs peuvent porter atteinte aux performances du cerveau et s’avérer neurotoxiques. À la longue un véritable ralentissement peut être observé constituant un handicap pour retourner à une vie normale. Cette atteinte du cerveau pourrait aussi contribuer à...

Les troubles bipolaires, c'est quoi exactement ?Publié le 19/06/2006 - 00h00

Plus connus sous le nom de «maladie maniaco-dépressive», les troubles bipolaires se caractérisent par des fluctuations extrêmes de l'humeur, avec une alternance de périodes d'excitation et de dépression, entrecoupées de périodes normales. Les conséquences d'une telle oscillation peuvent...

Plus d'articles