L’impact du cancer du sein sur la féminité

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 04 Octobre 2016 : 14h40
Mis à jour le Mercredi 05 Octobre 2016 : 13h46

Malgré une impressionnante progression dans la prise en charge du cancer du sein, les impacts sur la féminité, des changements physiques à l’infertilité, restent très importants, comme en témoignent les résultats de l’Observatoire Cancer de l’Institut Curie, Viavoice 2016, révélés à l’occasion du lancement d’Octobre rose.

© Istock

Le cancer du sein : grands bouleversements physiques et atteinte à la féminité

Après le diagnostic, les traitementsmédicaux du cancer du sein sont très invasifs pour certains si l’on se réfère à la chirurgie menant à l’ablation d’un ou des deux seins. D’autres sont plus ou moins éprouvants pour les femmes, comme les chimiothérapies et les hormonothérapies, via leurs potentiels effets secondaires sur les cheveux, la peau, le poids, l’apparition d’une ménopause précoce, d’une infertilité. Tous ces traitements entrainent des changements physiques ayant des répercussions sur la féminité et affectant la confiance, l’image et l’estime de soi.

Pour 67% des patientes interrogées dans la dernière enquête de l’Observatoire Cancer de l’Institut Curie, les changements physiques liés aux traitements ont un impact important sur leur vie de femme : 34% évoquent les effets secondaires des traitements, tandis que 33% font référence aux modifications physiques radicales telles que les ablations qui laisseront un traumatisme psychologique à plus long terme.

Pour 26% des femmes, cette atteinte de leur féminité exerce un impact négatif leur vie sexuelle.

PUB

Maternité et cancer du sein

Pour les femmes qui ont eu un enfant après un cancer, 77% évoquent la maternité comme un nouveau début, mais les inquiétudes sont très nombreuses :

  • peur d’exposer l’enfant à la maladie en particulier par une transmission génétique (une crainte exagérée sachant que moins de 5% des cancers sont héréditaires) ;
  • crainte d’être devenue stérile ;
  • peur d’une rechute du cancer, notamment pendant la grossesse.

Chez les femmes déjà mères au moment de la maladie, « les enfants représentent une motivation et un soutien indéniables et leur permettent de se projeter dans le futur, mais constituent par ailleurs un important facteur d’angoisse ». Pour 70% des femmes interrogées, les enfants sont une source d’inquiétudes supplémentaires, de difficultés pratiques et financières additionnelles à celle du cancer.

Ces informations soulignent bien la nécessité de trouver du soutien auprès des professionnels de santé, des Associations, de la famille et des amis.

Mots-clés : Le cancer, Feminite
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 04 Octobre 2016 : 14h40
Mis à jour le Mercredi 05 Octobre 2016 : 13h46
Source : Observatoire cancer Institut Curie, Viavoice 2016, dossier de presse, octobre 2016, www.curie.fr.
PUB
PUB
A lire aussi
Cancer du sein : place à l'accueil et au bien-êtrePublié le 03/11/2004 - 00h00

L'association Etincelle vient d'ouvrir un espace d'accueil et bien-être pour les femmes atteintes d'un cancer du sein. Parce que la prise en charge médicale de ce cancer permet aujourd'hui de traiter et de guérir, il est légitime de développer maintenant des programmes et des structures visant...

L'après cancer du sein : une qualité de vie à reconstruirePublié le 01/02/2010 - 00h00

Le taux de guérison du cancer du sein atteint aujourd'hui les 90%. C'est ainsi qu'en France, plus de 400.000 femmes sont concernées par " l'après cancer du sein ". Leur qualité de vie dépend des médecins qui organisent le suivi, mais aussi de la participation active des femmes ayant eu un...

Plus d'articles