Fertilité et qualité du sperme en France : c'est la Bérézina !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 14 Avril 2014 : 10h09
Mis à jour le Lundi 29 Septembre 2014 : 12h38

Depuis des années, nous assistons à une baisse progressive mais relativement rapide de la qualité du sperme : la concentration des spermatozoïdes est en chute et le nombre de spermatozoïdes anormaux augmente.

Ce phénomène expliquerait la baisse parallèle de la fertilité des Français.

Quels sont les facteurs connus pour affecter la vivacité des spermatozoïdes et que peut-on faire pour inverser cette tendance ?

© Istock

La qualité du sperme français est en berne !

En 2012, une étude indiquait que la concentration du sperme des hommes de 35 ans a diminué de 32,2 % entre 1989 et 2005, soit de près de 2 % par an.

  • Durant cette période de 17 ans, le nombre de spermatozoïdes est passé de 73,6 millions/ml de sperme à 49,9 millions/ml en moyenne.

  • Parallèlement, la proportion de spermatozoïdes normaux a chuté de 33,4 %.

Cela dit, la qualité du sperme français reste dans la norme de fertilité définie par l’OMS (supérieure à 15 millions/ml), même si à partir de 55 millions/ml le délai pour procréer augmente…

Cette même année, l’Institut de veille sanitaire (Invs) a publié une cartographie régionale montrant que la qualité du sperme en France (concentration et morphologie des spermatozoïdes) a baissé dans la quasi-totalité des régions avec une diminution plus importante en Aquitaine et Midi-Pyrénées, deux régions très agricoles indiquant que l’exposition aux pesticides jouerait un rôle important. Seulsla Bretagne, la Franche-Comté et le Languedoc-Roussillon semblent épargnés. En revanche, la mobilité spermatique augmente légèrement dans l’ensemble des régions à l’exception de la Bourgogne qui suit une tendance inverse.

Quelles sont les causes de cette baisse de la qualité du sperme ?

Coexistent des facteurs environnementaux et comportementaux.

Les facteurs environnementaux

  • Parmi les facteurs environnementaux, l’exposition aux pesticides est clairement pointée du doigt, notamment suggérée par des études chez des rongeurs et chez des agriculteurs montrant une baisse plus importante de la qualité du sperme chez les sujets les plus exposés à ces substances chimiques.

  • L’exposition à de nombreuses autres substances chimiques polluantes aurait également des effets délétères sur le sperme : colle, solvant, COV, phtalates, bisphénol A, cosmétiques, métaux lourds…

  • Soumis à une chaleur excessive, les testicules produisent un sperme de moins bonne qualité.

    Sont ici plus particulièrement exposés à ce risque certains professionnels comme les cuisiniers, les boulangers, les métallurgistes, etc.

  • Les ondes électromagnétiques pourraient également constituer un facteur de risque mais faible et non encore prouvé : micro-ondes, téléphones portables, Wi Fi...

Les facteurs comportementaux

  • Le tabagisme : la qualité du sperme d’un non-fumeur est bien meilleure que celle d’un fumeur (mobilité, anomalie, concentration).

  • La consommation excessive d’alcool diminue la qualité du sperme et son volume.

  • La prise de drogues.

  • Les excès de café et d’autres substances excitantes auraient des effets négatifs sur la spermogenèse.

  • L’obésité : l’excès de poids a un effet nocif sur la mobilité et la nature des spermatozoïdes.

    Cette maladie est une cause connue de stérilité.

À savoir : on estime que le pourcentage de spermatozoïdes décline de 0,7 % par an, et avec l’âge, les anomalies sur les spermatozoïdes sont plus fréquentes...

Il existe de nombreux autres facteurs qui peuvent influer directement ou indirectement sur la qualité du sperme et la fertilité masculine en général, mais qui n’ont guère évolué au cours des dernières décennies : certaines pathologies, troubles anatomiques, maladies génétiques, etc.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 14 Avril 2014 : 10h09
Mis à jour le Lundi 29 Septembre 2014 : 12h38
Source : Rolland M. et al., Hum. Reprod. (2012) doi: 10.1093/humrep/des415, http://humrep.oxfordjournals.org/content/early/2012/12/02/humrep.des415.short?rss=1. Invs, 27 février 2014, http://www.invs.sante.fr/Actualites/Actualites/Tendances-spatio-temporelles-de-la-qualite-du-sperme-en-France. http://www.fiv.fr/.
A lire aussi
Le sperme français en déperditionPublié le 07/12/2012 - 14h20

Selon une étude de l’Institut de veille sanitaire (InVS), la concentration du sperme des Français de 35 ans a diminué d’un tiers en 16 ans.Pour l’instant sans conséquence sur la fertilité des hommes, cette altération est alarmante et pourrait refléter la dégradation de notre...

FIV : approches complémentairesPublié le 17/05/2013 - 09h47

Près d'un couple sur six rencontre des difficultés pour avoir un enfant. L’aide médicale à la procréation peut leur apporter une aide. Mais avant et pendant une telle prise en charge médicale, que peut-on faire en parallèle pour augmenter les chances de réussite ?

Le surpoids des hommes nuit à la fertilitéPublié le 05/07/2011 - 07h36

Une nouvelle étude sur la fertilité pointe du doigt le rôle néfaste du surpoids chez l’homme. Plus le poids augmente, et plus le sperme se raréfie en spermatozoïdes. Autrement dit, quelques mesures simples, dont la perte de poids, pourraient contribuer à améliorer la fécondité des...

Les conséquences du surpoids sur le spermePublié le 18/07/2011 - 08h29

Selon une étude française menée sur 2.000 Français de 24 à 48 ans, il existerait une corrélation entre le poids et la qualité du sperme. Les résultats de l’étude ont été annoncés lundi 4 juillet lors d’un congrès sur la reproduction à Stockholm en Suède.

Plus d'articles