Faible scolarisation des enfants autistes

Publié par Hopital.fr le Jeudi 21 Avril 2011 : 16h12
Mis à jour le Mardi 26 Avril 2011 : 13h40
-A +A

80 % des jeunes autistes n’auraient pas accès à l'école selon le collectif Autisme, un collectif de cinq fédérations qui dénonce cette situation à travers une campagne de sensibilisation. L’objectif de la campagne : demander à ce que les droits des jeunes autistes soient respectés.

Favoriser la scolarisation des enfants autistes à l’école ordinaire

Si la loi de 2005 devait garantir le droit à la scolarisation des enfants autistes, dans les faits, la pluparts des 110 000 enfants atteints de ces troubles et en âge d'être scolarisés sont privés de ce droit fondamental. En effet, à peine 20 % d'entre eux accèdent à l'école ordinaire, 30 % sont accueillis en instituts médico-éducatifs ou en hôpitaux de jour. Plus de la moitié des enfants autistes ne sont pas pris en charge. Selon les derniers chiffres du ministère de l'Éducation nationale, seulement 16 000 enfants autistes ou présentant des troubles apparentés ont bénéficié d'un parcours scolaire, à temps complet ou partiel, en 2009.

Si, pour 86 % des Français, la scolarisation des enfants autistes est bien perçue comme un droit fondamental, 68 % des enseignants estiment que la place de ces élèves est dans un institut spécialisé. Le pourcentage atteint même les 81 % chez les enseignants âgés de 25 à 34 ans. L’opinion est encore finalement assez frileuse devant une intégration en classe ordinaire. Comment comprendre cette réaction ?

Autisme et scolarisation : un retard français

Selon l’étude Opinion Way réalisée par le collectif, seulement 18 % des enseignants déclarent que le meilleur environnement d’accueil pour les élèves autistes est la classe ordinaire car, pour 61 % des enseignants cette scolarisation normale ne permet pas aux enfants d’apprendre dans de bonnes conditions. Pour 53 % d’entre eux, cette scolarisation ne leur permet pas non plus d’enseigner dans de bonnes conditions en raison de leur peu de formation au handicap.

Pourtant, rappelle le collectif qui plaide pour une solution éducative adaptée, un enfant autiste bien encadré progresse en milieu ordinaire tant sur le plan des apprentissages que sur celui des relations interpersonnelles. De plus, cette solution est bien moins coûteuse pour la société. En effet, un enfant pris en charge par un accompagnant formé et intégré à l'école coûte 24 000 euros par an. Dans un hôpital, le même enfant en coûte près de 80 000 euros.

Encore faut-il des moyens humains adaptés. Or le collectif Autisme pointe une pénurie d'assistants formés pour seconder ces enfants et assurer leur assimilation.

Publié par Hopital.fr le Jeudi 21 Avril 2011 : 16h12
Mis à jour le Mardi 26 Avril 2011 : 13h40
Source : Hopital.fr
A lire aussi
Autisme : l’inertie française Publié le 06/02/2014 - 10h07

Selon le Comité européen des droits sociaux, chargé par l'organisation paneuropéenne de vérifier l'application de la charte européenne des droits sociaux, la France ne respecte pas le droit des enfants et des adolescents autistes à être scolarisés dans des établissements ordinaires et à...

Plus d'articles