Les échographies par sonde contamineraient 30 000 personnes par an

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 04 Juin 2013 : 09h15
Mis à jour le Mardi 04 Juin 2013 : 09h34

Dans le cadre d’un rapport sur la sécurité des patients, Michèle Rivasi, députée européenne membre de la Commission Santé et Environnement du Parlement européen, a abordé la question des risques de contamination via les sondes d’échographie endocavitaire. Des dizaines de milliers de personnes seraient ainsi infectées chaque année en France.

© getty

Des sondes échographiques mal désinfectées

Les infections associées aux soins sont nombreuses. Selon le Parlement européen qui est sur le point de rendre un rapport sur la sécurité des patients, « 8 à 12 % des patients hospitalisés dans l'Union européenne sont victimes d'événements indésirables liés aux soins qui leur sont prodigués ». En France, les sondes d’échographie endovaginale, endorectale ou transœsophagienne représentent une source de contamination qui pourrait être réduite. En effet, alors que les États-Unis, le Canada, l'Australie, l'Allemagne, l'Espagne, la Turquie ou encore la Suisse recommandent une décontamination de niveau élevé des sondes échographiques, la France se contente d’une procédure de décontamination de niveau bas.

PUB

30.000 personnes infectées via une sonde échographique endocavitaire

Or selon une étude qui sera publiée en juin, cette procédure est insuffisante. Plus de 30.000 hommes et femmes « sont susceptibles de développer une infection à la suite d’une contamination contractée avec une sonde d’échographie endovaginale, endorectale ou transœsophagienne mal désinfectée ». Ainsi chaque année en France, toujours selon cette étude, « 60 cas de VIH, 1 620 cas d'hépatite B, 230 cas d'hépatite C, 14 920 cas d'herpès, 36 130 cas de cytomégalovirus, 14 840 cas de papillomavirus et 4 280 cas de Chlamydia Trachomatis pourraient être attribuables à des sondes mal désinfectées ».

Michèle Rivasi interpelle le Ministère de la Santé pour que le niveau de décontamination des sondes échographiques atteigne celui des autres pays développés.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 04 Juin 2013 : 09h15
Mis à jour le Mardi 04 Juin 2013 : 09h34
Source : Commission Santé et Environnement du Parlement européen, 3 juin 2013.
PUB
PUB
A lire aussi
Hépatites A, B et C : quelles différences ?Publié le 18/08/2008 - 00h00

Les hépatites A, B et C sont toutes des maladies dues à un virus, lequel attaque le foie. En revanche, l'évolution et l'issue de ces maladies diffèrent, tout comme la facon dont les virus sont transmis. Le point sur ces 3 hépatites.

Hépatite : dépister pour traiter !Publié le 22/01/2007 - 00h00

Qu'il s'agisse de guérir ou de stopper la maladie, la prise en charge des hépatites B et C s'est considérablement améliorée. Reste donc le problème du dépistage, lequel est loin d'être suffisant, ce qui entraîne une rapide transmission des virus des hépatites et des retards de traitement.

Plus d'articles