Le droit à l’oubli a été acté

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 05 Février 2016 : 12h56
Mis à jour le Vendredi 05 Février 2016 : 12h56

Annoncé de longues dates, le « droit à l’oubli », qui définit les conditions d’accès aux assurances pour les anciens malades (cancer, hépatite C…) a été acté. Une première grille de référence concernant certaines pathologies a été publiée.

Droit à l’oubli : de 48 semaines pour l’hépatite C, de 1 à 10 ans pour les cancers

Prévue par la convention AERAS (s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé), cette grille de référence « fixe les délais au terme desquels les anciens malades pourront souscrire un contrat d’assurance dans les mêmes conditions que les personnes n’ayant jamais déclaré ces maladies, c’est-à-dire sans surprime » (pouvant parfois aller, actuellement, jusqu'à 1000 %), « ni exclusion de garantie » a précisé ce 5 février 2016 Marisol Touraine, Ministre de la Santé. Il est prévu de compléter cette grille au fil des progrès thérapeutiques et des nouvelles études.

Pour l’heure, elle concerne cinq cancers et une pathologie chronique non cancéreuse, l’hépatite C. Concrètement, elle établit qu’après un délai de 48 semaines après la guérison d’une hépatite C, l’ancien malade peut souscrire une assurance sans surcoût. Ce délai maximal est fixé à 1 an pour les cancers du sein, de la peau (le mélanome) et du col de l’utérus. Concernant les cancers du testicule et de la thyroïde, ce délai varie de 3 ans à 10 ans en fonction du stade atteint par le cancer.

PUB

350.000 personnes concernées par le droit à l'oubli

Il est enfin précisé que « dans tous les cas, le délai au-delà duquel aucune information médicale relative aux pathologies cancéreuses ne peut être recueillie par les organismes assureurs ne peut excéder dix ans après la date de fin du protocole thérapeutique ou, pour les pathologies cancéreuses survenues avant l’âge de dix-huit ans, cinq ans à compter de la fin du protocole thérapeutique ».

Selon les associations de patients, quelque 350.000 personnes sont concernées par le droit à l'oubli.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 05 Février 2016 : 12h56
Mis à jour le Vendredi 05 Février 2016 : 12h56
Source : Communiqué de presse du Ministère de la Santé du 5 février 2016. 

A lire aussi
Le droit à l’oubli pour les patients en rémission du cancerPublié le 13/04/2015 - 08h49

Le droit à l’oubli pour les patients en rémission du cancer a été voté ce vendredi 10 avril 2015 par les députés. Concrètement, cela signifie qu’il n’est plus obligatoire de mentionner son ancienne maladie avant d’obtenir un prêt ou de négocier une assurance…

Nouvelles règles pour la chirurgie esthétique Publié le 10/05/2005 - 00h00

La chirurgie purement esthétique se réorganise. Deux projets de décret visent à mieux encadrer la pratique de la chirurgie esthétique, comme le prévoyait la loi sur les droits des malades : autorisation des établissements, compétence des chirurgiens esthétiques, délais de réflexion et...

Sidaction : la personne séropositive toujours discriminéePublié le 17/03/2016 - 10h30

Le Sidaction prochain est l’occasion de se pencher sur les discriminations dont est encore victime la personne séropositive. Alors que le "droit à l’oubli" destiné à permettre à d'ex-malades d'avoir accès aux assurances et prêts sans surprime va s’appliquer à cinq types de cancers et...

Plus d'articles