Don d’organes : le consentement présumé sera désormais appliqué !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 13 Avril 2015 : 11h06
Mis à jour le Lundi 13 Avril 2015 : 14h21

Un nouvel amendement vient d’être adopté par les députés concernant la réglementation qui régit le prélèvement d’organes. Désormais, le « consentement présumé » sera réellement appliqué. De ce fait, les familles ne seront plus consultées avant un don d’organes, mais simplement informées.

Don d’organes : trop de refus de la part des familles

Le don d’organes est régi par le principe de « consentement présumé », c’est-à-dire que toute personne est considérée comme un donneur potentiel, sauf en cas d’inscription sur le registre national des refus (une démarche simple, mais volontaire).

Or en pratique, la famille est consultée et refuse le don d’organe dans 40% des cas, faute de connaître la position du défunt à ce sujet. Des campagnes de sensibilisation sont régulièrement menées pour inciter les Français à prendre position sur le don de leurs organes et surtout à en informer leur entourage afin de leur éviter de difficiles décisions dans des circonstances toujours très éprouvantes. Mais le taux de refus ne baisse pas et la pénurie perdure, laissant de nombreux patients en danger de mort. Chaque année, faute de greffons, 500 à 700 personnes décèdent. En 2014, la liste d’attente pour recevoir un organe s’élevait à 2.031 patients.

PUB

Appliquer à la lettre le consentement présumé au don d’organes

À partir de maintenant, le« consentement présumé » sera vraiment appliqué. La famille ne sera plus consultée ou impliquée dans une telle décision le plus souvent extrêmement difficile à prendre. Elle sera en revanche informée de la nature du prélèvement envisagé et de la finalité du don d’organes.

Parallèlement, il est prévu de multiplier des modalités pour exprimer son refus selon un décret du Conseil d’État qui sera publié d’ici 2017.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 13 Avril 2015 : 11h06
Mis à jour le Lundi 13 Avril 2015 : 14h21
Source : Assemblée nationale, 10 avril 2015, Amendement n°2522.
PUB
PUB
A lire aussi
Don d’organes : indiquez votre position à vos proches !Publié le 21/06/2016 - 08h35

« Le don d’organes est un magnifique acte de générosité que chacun peut ne pas vouloir faire. Encore faut-il le faire savoir ! » Partant de ce principe, la Fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux (FNAIR) a présenté un nouveau projet de décret offrant la possibilité aux...

Donneur d'organe ? Faites-le savoir !Publié le 16/06/2004 - 00h00

Des milliers de malades en France ont besoin d'une greffe pour continuer à vivre. Seul le don d'organe, de tissus ou de cellules rend possible cette greffe. Il est important de prendre position de votre vivant, pour ou contre le don de vos organes, et de communiquer votre choix à votre famille....

Don d'organe, affirmez votre position !Publié le 25/06/2003 - 00h00

Faites connaître votre décision par rapport au don d'organes et de tissus. A défaut, votre famille sera confrontée à une situation délicate car les médecins lui demanderont de témoigner de votre volonté. Aujourd'hui, dans le doute, les familles ignorant la volonté du défunt s'opposent...

Don d’organes : tous donneurs présumésPublié le 09/01/2017 - 11h42

Par défaut, nous sommes tous considérés consentants au don de nos organes après notre décès. En réalité, près d’une famille sur trois refuse le prélèvement d’organes sur un proche, faute de connaitre la position du défunt vis-à-vis du don d’organes. 

Plus d'articles