Diabète : les femmes ont un coeur très fragile

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 23 Janvier 2006 : 01h00
-A +A
Le diabète de type 2 est un facteur de risque cardiovasculaire très important. Il semblerait qu'il existe une grande différence en fonction du sexe. Les femmes diabétiques auraient un coeur bien plus fragile que les hommes atteints de cette même maladie. En matière de prévention et de surveillance, cette donnée est précieuse.

Sur-risque cardiovasculaire chez le diabétique

Jusqu'à présent, et malgré de fortes présomptions, le sur-risque cardiovasculaire, induit par le diabète de type 2, plus élevé chez les femmes que chez les hommes restait controversé. Une nouvelle analyse tend sérieusement à faire pencher la balance.Un total de 34 études portant sur ce sujet a été soigneusement examiné, regroupant un nombre considérable de malades(près de 500.000), lesquels ont été suivis durant 4 à 36 années !Les effets délétères du diabète de type 2 sur le coeur et les vaisseaux ont bien entendu été confirmés, avec une forte surmortalité cardiovasculaire chez les maldes atteints de diabète non insulinodépendant. Toutefois, la comparaison du risque de décès d'origine coronarienne selon le sexe fait apparaître une grande différence. Par rapport aux femmes indemnes de diabète, le risque est multiplié par 3,5 chez les femmes diabétiques. De la même façon, le risque double chez les hommes diabétiques par rapport à ceux qui ne sont pas atteints par la pathologie.Au final, en cas de diabète, le risque d'être victime d'un accident coronarien est multiplié par 3,5 chez les femmes, contre 2 chez les hommes.

Pourquoi un tel sur-risque féminin ?

Les explications restent à l'état d'hypothèses. Les effets du diabète sur les artères féminines seraient plus redoutables que chez les hommes. Ils pourraient aussi interférer avec les traitements hormonaux substitutifs de la ménopause. Autre hypothèse, les femmes cardiaques sont moins prises en charge que les hommes. Mais ici, ce phénomène a réellement été mis en évidence par certaines études, comme indiqué dans cet article publié sur e-sante en septembre 2005 : « La cardiologie délaisse les femmes ».En pratique, quelle que soit l'origine de cette inégalité entre les sexes, il est intéressant de la connaître et de la garder à l'esprit afin de renforcer la prévention cardiovasculaire chez les femmes diabétiques.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 23 Janvier 2006 : 01h00
Source : Huxley R. et coll., British Medical Journal, 352 : 73-6, 2005.
A lire aussi
Mortalité liée au diabète : le poids des maladies cardiovasculaires Publié le 07/11/2016 - 13h39

Le suivi plus intensif des personnes diabétiques sur le plan de la glycémie, cardiovasculaire et rénal a permis de faire reculer la mortalité due au diabète depuis le début des années 2000. Néanmoins, la surmortalité globale des diabétiques par rapport à la population générale reste...

Le diabète peut nous vieillir de 15 ans ? Publié le 04/09/2006 - 00h00

Les personnes atteintes d'un diabète présentent un risque de maladies cardiovasculaires plus élevé que les autres. Chez elles, infarctus, accident vasculaire et autres maladies artérielles, risquent de se manifester avec une quinzaine d'années d'avance. Cette donnée devrait permettre...

Plus d'articles