Dépression : les rechutes endommagent le cerveau

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 13 Octobre 2014 : 15h23
Mis à jour le Lundi 13 Octobre 2014 : 18h44

Selon des chercheurs de l’Inserm, les personnes qui après une première dépression récidivent voient leurs fonctions cognitives diminuer un peu plus après chaque nouvel épisode.

Cet effet neurotoxique de la dépression est démontré pour la première fois.

© Istock

La dépression a des effets neurotoxiques

Au cours de cette étude menée par l’équipe du Dr Philip Gorwood (Unité Inserm 894, Centre Hospitalier Sainte-Anne), plus de 2.000 patients ayant souffert de 1 à 5 épisodes de dépression ont passé un test cognitif simple consistant à relier des cercles numérotés placés dans le désordre.

Ce test était réalisé 6 semaines après la guérison de chaque épisode dépressif.

Après la première dépression, le test est réalisé en 35 secondes, contre 1 min 20 après la 2e dépression, durée qui s’allonge encore au fil des 3e et 4e récidives de dépression. Ainsi, le ralentissement psychomoteur qui survient chez les personnes atteintes de dépression, et qui fait d’ailleurs partie des symptômes dépressifs, a tendance à persister, et ce, très nettement dès la première rechute. Selon les chercheurs, après « deux épisodes dépressifs, les patients exécutent de manière anormalement lente des tâches cognitives courantes qui requièrent notamment attention, concentration et rapidité ».

La dépression est donc une maladie qui s’aggrave avec le temps et qui exerce des effets neurotoxiques sur le cerveau.

PUB

Prévenir les récidives pour anticiper les séquelles cognitives

La dépression est une « vraie » maladie, qui n’a rien à voir avec un « banal coup de cafard ». Elle est fréquente, avec un risque très élevé de récidives. Cette étude souligne l’importance de dépister la dépression, de la traiter et de prévenir les rechutes. Rappelons que le traitement a la particularité d’être long, donc pas question de l’écourter. La phase de consolidation après la première phase du traitement doit être poursuivie suffisamment longtemps afin de diminuer les risques de rechute.

Autrement dit, la prévention des rechutes est un impératif qui fait partie intégrante du traitement de la dépression.

À lire sur e-sante : Dépression : un risque de rechute important

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 13 Octobre 2014 : 15h23
Mis à jour le Lundi 13 Octobre 2014 : 18h44
Source : Gorwood P. et al., European Neuropsychopharmacology, 24 (10) : 1630–40, October 2014, http://www.europeanneuropsychopharmacology.com/article/S0924-977X%2814%2900213-2/abstract, Inserm, communiqué de presse, 13 octobre 2014, http://presse-inserm.fr/depression-a-repetition-quels-effets-sur-le-cerveau/16265/.
A lire aussi
La dépression abîme le cerveauPublié le 17/11/2014 - 10h30

Les épisodes dépressifs majeurs peuvent porter atteinte aux performances du cerveau et s’avérer neurotoxiques. À la longue un véritable ralentissement peut être observé constituant un handicap pour retourner à une vie normale. Cette atteinte du cerveau pourrait aussi contribuer à...

Antidépresseur : durée et posologiePublié le 11/12/2006 - 00h00

La prise en charge d'une dépression doit être efficace pour éviter les rechutes qui sont toujours un écueil redouté. Rappel sur la définition de la dépression, sur le déroulement du traitement par antidépresseurs et sur les modalités de l'arrêt.

Troubles bipolaires : 10 ans d’errance diagnostiquePublié le 05/07/2016 - 12h15

Le trouble bipolaire est une maladie grave et invalidante dont la manifestation débute le plus souvent chez le jeune adulte, entre 15 et 25 ans. L’alternance d’épisodes de grande exaltation et de dépression rend le diagnostic particulièrement difficile et beaucoup trop tardif. « Ce délai...

Troubles bipolaires, des troubles cycliques de l'humeurPublié le 11/09/2002 - 00h00

La psychose maniaco-dépressive, aujourd'hui plutôt désignée sous le terme de "troubles bipolaires de l'humeur", est une maladie mentale caractérisée par une alternance d'accès maniaques (agitation) et de phases dépressives (abattement profond).Le patient retrouve généralement un état...

Plus d'articles