Congélation des ovocytes : la nouvelle stratégie de management de Facebook et Apple

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 16 Octobre 2014 : 14h32
Mis à jour le Vendredi 17 Octobre 2014 : 14h16

La proposition avancée par Facebook et Apple de financer la préservation des ovocytes de ses employées fait bondir les féministes et relance le débat sur l’interdiction de cette pratique en France.

© Istock

Conservation des ovocytes proposée par l’employeur : du chantage ?

Facebook et Apple mettent en place une nouvelle stratégie de management : financer à hauteur de 20.000 $ la congélation des ovocytes de leurs employées. Une telle proposition vise à attirer davantage de femmes et à leur donner la possibilité de se consacrer au mieux à leur carrière.

De telles procédures sont vivement dénoncées, notamment par les mouvements féministes. Il n’est pas éthique d’imposer (certes subtilement puisque les femmes ne sont officiellement pas obligées d’accepter) aux jeunes femmes de faire un bébé plus tard au profit de leur exercice professionnel, avec les risques que cela comporte (complications de la grossesse, prématurité, grossesse gémellaire…). L’âge de la première grossesse a déjà été grandement reculé et l’on appréhende aujourd’hui très bien les risques.

PUB

Serait-ce possible en France ?

La conservation des ovocytes de convenance, non justifiée médicalement comme par exemple avant de débuter un traitement contre le cancer susceptible de compromettre la fertilité, n’est pas autorisée en France, mais l’est dans de nombreux pays, dont les États-Unis.

Pourtant, en dehors de toute obligation patronale, certaines femmes tireraient un avantage certain à l’autoconservation ovocytaire. En effet, cette procédure offre la possibilité aux femmes de mener une grossesse plus tardivement, sans passer par le parcours du combattant que vivent actuellement la majorité des couples infertiles…

Un vrai débat toujours en cours…

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 16 Octobre 2014 : 14h32
Mis à jour le Vendredi 17 Octobre 2014 : 14h16
Source : NBC News, 16 octobre 2014.
PUB
PUB
A lire aussi
Comment avoir un enfant après le cancer ? Publié le 05/04/2018 - 13h56

On survit de mieux en mieux au cancer. Mais cette maladie touche aussi des populations jeunes. Lorsque la vie reprend, après le traitement, il est donc courant de vouloir procréer. Aujourd'hui, avoir un enfant est possible malgré des médicaments toxiques. E-Santé vous explique. 

Oui à la conservation des ovocytes «de convenance»Publié le 13/12/2012 - 15h16

Le Collège des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) vient de se prononcer en faveur de la conservation des ovocytes « de convenance », alors qu’aujourd’hui en France, seule certaines femmes peuvent le faire pour raisons médicales, par exemple avant la mise en route d’un...

Stérilité : les traitements et leurs indicationsPublié le 14/08/2001 - 00h00

Aujourd'hui, de nombreuses solutions sont possibles pour répondre au désir d'enfant d'un couple. Les progrès de la procréation médicalement assistée et de la chirurgie offrent ainsi de nombreuses possibilités, à condition de respecter leurs indications.

Quelle fertilité après une grossesse extra-utérine ?Publié le 06/04/2012 - 07h46

Aujourd’hui, une grossesse extra-utérine remet rarement en cause la fertilité. D’ailleurs, selon les gynécologues-obstétriciens, 60% des femmes qui ont fait une grossesse extra-utérine sont à nouveau enceintes dans les deux ans qui suivent....

Plus d'articles