Cancer du sein : une avancée prometteuse

Publié par Dr Agnès Lara le Lundi 03 Juin 2002 : 02h00
-A +A
Une nouvelle approche thérapeutique, présentée lors d'un congrès de cancérologie aux Etats-Unis pourrait apporter une solution à toutes celles qui souffrent d'un cancer du sein résistant au traitement.

Aujourd'hui, le cancer du sein se soigne bien, pour peu qu'il ait été dépisté suffisamment tôt. Cependant, certains résistent encore aux traitements. Des chercheurs du Duke Comprehensive Cancer à Durham aux Etats-Unis viennent de présenter une nouvelle approche thérapeutique lors d'un congrès de cancérologie à Orlando, qui pourrait faire évoluer cette situation.

Quoi de neuf ?

Cette nouvelle approche consiste à combiner l'effet d'agents chimiothérapeutiques les plus récents, avec l'hyperthermie (augmentation de la température des tissus contenant la tumeur). Ces agents sont enrobés dans des vésicules graisseuses, appelés liposomes, et administrés aux patientes par voie orale. Celles-ci sont par ailleurs allongées sur le ventre, sur une table spécialement conçue à cet effet. Le sein atteint baigne ainsi dans un liquide salé qui le maintient à une température de 40°C.

Comment ça marche ?

  • L'élévation de température augmente la perméabilité des vaisseaux sanguins et l'oxygénation des tissus.
  • Ce faisant, elle facilite la pénétration des agents chimiothérapeutiques dans les cellules cancéreuses et rend leur action plus efficace.
  • De plus, la chaleur diminue l'efficacité des enzymes chargées de réparer l'ADN dans les cellules et accroît ainsi encore les dégâts causés par la chimiothérapie à la tumeur.
Publié par Dr Agnès Lara le Lundi 03 Juin 2002 : 02h00
Source : Kimberly Blackwell, Congrès de l'American Society of Clinical Oncology, 18 mai 2002, Orlando, Etats-Unis.
A lire aussi
Peut-on guérir les cancers avec les ultrasons ? Publié le 28/09/2016 - 06h44

Les ultrasons sont de plus en plus utilisés en médecine. Depuis l’extérieur du corps, sans ouvrir, ils permettent de focaliser en un endroit bien précis une haute densité d’énergie capable par exemple de détruire une tumeur. Mais les ultrasons peuvent aussi potentialiser les effets de la...

Le virus du rhume, une nouvelle arme contre le cancer Publié le 24/04/2002 - 00h00

Injecté dans une artère irriguant le foie, le virus du rhume s'est montré capable d'exterminer sélectivement les cellules cancéreuses d'une tumeur hépatique, sans endommager les cellules saines. Ce virus pourrait donc bien devenir une arme primordiale contre le cancer dans les années à...

Plus d'articles