Cancer de la peau : histoire d'une guérison spectaculaire

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 07 Juillet 2008 : 02h00
-A +A
Un homme atteint d'un grave cancer de la peau (mélanome), a bénéficié en dernier recours d'une thérapie de pointe encore expérimentale. Deux mois après l'initiation du traitement, la tumeur a disparu et n'est toujours pas réapparue deux ans plus tard. Explications sur cette guérison spectaculaire d'un mélanome.

Cancer de la peau et immunothérapie

Cet homme de 52 ans était atteint d'un mélanome, le plus redoutable des cancers de la peau. La tumeur était à un stade avancé et à l'origine de nombreuses métastases, notamment au niveau d'un poumon et dans les glandes sympathiques de l'aine. Les traitements classiques ayant tous échoué, pour la première fois, une thérapie encore expérimentale lui a été proposée. Ce traitement a consisté à prélever des cellules de son système immunitaire et à les cloner avant les lui réinjecter dans la circulation sanguine. Les cellules en question étaient des lymphocytes T, des cellules clés du système immunitaire, prélevées lors d'une simple prise de sang. Mises en culture en laboratoire, elles se sont développées en présence d'un antigène tumoral exprimé par 50 à 75% des cellules cancéreuses du patient. Au final, les chercheurs ont ainsi obtenu des centaines de millions de cellules spécifiquement dirigées contre les cellules cancéreuses. Par perfusion, elles ont été réinjectées au patient, sans aucune complication et notamment sans rejet puisqu'il s'agissait de ses propres cellules clonées. Seuls quelques effets secondaires de type fièvre modérée et douleurs musculaires ont été notés pendant quelques jours.

Deux mois plus tard, les examens d'imagerie médicale par scanner ont montré que la tumeur et les métastases avaient totalement disparu. Aujourd'hui, le recul est de deux ans et le cancer n'est toujours pas réapparu. La rémission est donc totale et de longue durée. Cette technique qui repose sur le principe de l'immunothérapie a eu ici des effets spectaculaires. Employée pour la première fois, elle n'a porté que sur un seul patient. Les recherches doivent donc se poursuivre mais si l'efficacité de cette thérapie se confirmait, elle pourrait être employée dans 25% des cas de mélanome avancé.

Le sombre pronostic du mélanome

Rappelons que le mélanome est un cancer de la peau qui est rare, mais dont le pronostic est le plus mauvais. Le seul traitement est l'ablation chirurgicale de la tumeur, ce qui n'est possible qu'en cas de cancer localisé, non métastasé, soit en cas de tumeur détectée à un stade précoce. Chaque année dans le monde, 160.000 nouveaux cas sont diagnostiqués et 48.000 personnes en décèdent.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 07 Juillet 2008 : 02h00
Source : Hunder N. et coll., New England Journal of Medicine, pp 2698-2703, 19 juin 2008.
A lire aussi
Cancer du cerveau Publié le 19/03/2003 - 00h00

En matière de cancer du cerveau, il est important de distinguer les tumeurs primitives, les lymphomes et les métastases cérébrales, qui se traitent différemment et n'ont pas toutes le même pronostic.

Plus d'articles