Bébé se présente par le siège : quelles solutions ?

Publié par Emily Nazionale, journaliste santé le Lundi 12 Mai 2014 : 10h06

En fin de grossesse, la plupart des bébés sont positionnés avec la tête vers le bas de l’utérus.

Ce n’est toutefois pas toujours le cas et l’enfant se présente alors par le siège.

Version par manœuvre externe, césarienne, accouchement par voie basse, quelles sont les possibilités dans ce cas ?

© Fotolia

Que faire si bébé se présente par le siège ?

Si, entre la 36e et la 38e semaine, bébé est encore en siège, le gynécologue peut essayer de le retourner, c’est ce qu’on appelle la version par manœuvre externe. Une échographie permet au médecin de voir si cette manœuvre est possible et justifiée.

Dans un certain nombre de situations, le retournement est en effet difficile :

  • Quand la grossesse est très avancée, le bébé est plus grand et il y a moins de liquide amniotique, ce qui complique le retournement.

     

     

  • Si le placenta est placé sur la face avant de l’utérus (placenta antérieur), il est difficile de guider le bébé pendant la manipulation.

Comment le médecin réalise-t-il le retournement ?

Par des manipulations externes sur l’abdomen de la maman, le gynécologue va essayer de retourner le bébé pour qu’il soit dans la bonne position. D’une main, il repousse les fesses du bébé vers le haut hors de l’entrée du bassin. De l’autre il guide la tête vers le bas. Tant avant que pendant et après cette manipulation, l’état de santé de l’enfant (surtout sa fréquence cardiaque) est surveillé par monitoring. Pour la mère, l'opération est inconfortable, voire douloureuse ; le médecin en tiendra également compte.

Les chances de réussite d’une version sont généralement de 46% environ (1). Un retournement n’est toutefois pas sans risque tant pour l’enfant (qui risque notamment des lésions au dos) que pour la maman (il peut y avoir déchirure du placenta). Il peut aussi arriver que le bébé soit têtu et reprenne sa position en siège !

Publié par Emily Nazionale, journaliste santé le Lundi 12 Mai 2014 : 10h06
Source : Merci au Dr Johan Van Wiemeersch, chef de service Gynécologie-Obstétrique, Sint-Augustinusziekenhuis Wilrijk.
(1) Opname op de materniteit. UZ Gent, 2013, p. 35.
(2) Hannah ME et al. The Lancet, 356: 1375-83.
(3) Vlaamse Vereniging voor Obstetrie en Gynaecologie. A terme stuitbevalling. 2001. P. 1-2. www.vvog.be/docs/2001/12/08010801.pdf‎. Consulté le 15/04/2014.
A lire aussi
La césariennePublié le 18/02/2004 - 00h00

De plus en plus pratiquée, la césarienne est également mieux maîtrisée sur le plan chirurgical et sur le plan anesthésique. La plupart du temps, elle est faite pour la sécurité de la mère et de l'enfant, et non pas pour éviter des procès aux accoucheurs. Quelles sont ses indications ?...

La césarienne, une intervention de plus en plus fréquentePublié le 16/07/2001 - 00h00

Les accouchements par césarienne sont de plus en plus nombreux dans notre pays. Réalisés pour préserver la vie de la maman et du bébé, ils ont des indications bien précises, posées avant l'accouchement (césariennes programmées) ou au cours de celui-ci (césariennes en urgence). Il s'agit...

Placenta præviaPublié le 26/11/2003 - 00h00

Le placenta, organe d'échanges entre la mère et son bébé, est mal connu. Il peut pourtant être à l'origine d'accouchement prématuré et d'hémorragie grave lorsqu'il est mal positionné dans l'utérus. L'échographie permet d'en faire le diagnostic.

Faut-il avoir peur de l'épisiotomie ?Publié le 10/06/2012 - 22h00

L’épisiotomie lors de l’accouchement est souvent redoutée par les femmes. Il est vrai qu'elle n'est pas toujours une partie de plaisir…Pour autant, cette intervention est pratiquée dans le but de réduire les risques pour la mère et l’enfant.Petit point pour mieux connaître...

Plus d'articles