Alcool : la carte de la prévention scolaire et familiale

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 03 Septembre 2003 : 02h00
-A +A
Certains comportements observés à l'adolescence apparaissent comme hautement prédictifs du risque d'alcoolisme : bagarres, vols, absentéisme scolaire, dépression, automutilations ou tentative de suicide. Ce constat incite fortement à mettre en oeuvre des programmes de prévention précoce, en milieu scolaire.

Le programme Stars (Start Taking Alcohol Risks Seriously) en constitue un modèle qui a le mérite d'être également très impliquant pour les familles des jeunes.

Quelques précisions sur les résultats à un an

Six cent cinquante adolescents ont été inclus lors de leur entrée au lycée ; deux groupes ont été constitués, l'un bénéficiant du programme Stars, l'autre servant de témoin et ne recevant qu'une information très élémentaire sur les dangers de l'alcool. Ce programme Stars, qui nécessite la participation active des adolescents et le consentement des parents, comporte un entretien individuel avec une infirmière afin d'informer chaque adolescent sur les méfaits de l'alcool. Quelques semaines après, les parents reçoivent des cartes postales (jusqu'à une dizaine) leur précisant la nature des messages à utiliser auprès de leurs enfants. En début d'année scolaire suivante, chaque enfant bénéficie à nouveau d'une consultation avec l'infirmière et au printemps suivant, l'adolescent reçoit quatre devoirs à faire à la maison portant sur les connaissances des risques liés à l'alcool et sur la communication parents-enfants dans le cadre de la prévention des risques d'addiction à divers produits, dont notamment l'alcool.

Les résultats à court terme sont encourageants : 5% des adolescents du groupe intervention déclaraient avoir l'intention de consommer de l'alcool dans les 6 prochains mois contre 18% dans le groupe témoin. Une différence tout aussi significative existait entre les deux groupes interrogés sur leurs intentions vis-à-vis de l'alcool à plus long terme.

Ces résultats sont particulièrement stimulants dans la mesure où ils démontrent qu'une intervention, relativement simple à mettre en place et aisément reproductible à une plus large échelle, permet de réduire de façon très significative les risques de consommation excessive d'alcool chez les jeunes.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 03 Septembre 2003 : 02h00
Source : Young N. Effects of alcohol and other drugs on children. Journal of Psychoactive drugs, 29 : 23-42, 1997 ; Werch C.E. One year follow-up results of the STARS for families alcohol prevention program. Health Education Research, 2003, 18 : 74-87.
A lire aussi
Cannabis, où en est-on chez les jeunes ? Publié le 27/01/2014 - 07h30

Le cannabis est la substance illicite la plus consommée par les jeunes. À 17 ans, quatre jeunes sur dix déclarent en avoir déjà fait usage. Pourtant, après une forte hausse, la consommation semble s’infléchir chez les jeunes.Quels sont les facteurs qui influencent cet usage du cannabis ?...

Ados : ils boivent trop ! Publié le 29/12/2010 - 09h49

Nous, les adultes, buvons moins, 10 litres d'alcool pur par an et par habitant, contre 17,7 litres en 1961. Mais nos jeunes ont pris la relève. Ils s’alcoolisent de plus en plus tôt, moins régulièrement, mais dans des quantités plus importantes. S’il rentre complètement saoul, faut-il...

Alcoolisme : des comportements à détecter dès l'adolescence Publié le 27/08/2002 - 00h00

Cette étude américaine, menée au sein de collèges et lycées, montre que certains adolescents présentent des comportements qui peuvent être prédictifs d'une évolution vers une consommation excessive et régulière d'alcool. Il s'agit par exemple d'une consommation de tabac, de cannabis ou...

Plus d'articles