Ados en crise : la pension est-elle une solution ?

Publié par Dorothée Blancheton le Lundi 26 Mai 2008 : 02h00
-A +A
«Si tu continues comme ça, on t'envoie en pension !» Cette menace, lancée parfois au détour d'une colère, peut-elle être une solution ? Résultats scolaires en chute libre, conflits relationnels… L'internat peut-il aider les parents en difficulté ou les enfants en mal de cadres ? Un interview du magazine Psychoenfants.

Les Hauts murs, le film de Christian Faure actuellement à l'affiche, retrace l'histoire de jeunes garçons envoyés en maison d'éducation surveillée. Un endroit lugubre, sinistre et hostile que Carole Bouquet, mère de l'un des protagonistes, captera en quelques mots : « Je croyais Marcel en pension. Il était en prison ». Aujourd'hui, ces maisons ont fermé leurs portes. Mais l'internat, lui, connaît un regain de popularité. La séparation peut-elle être bénéfique quand on ne parvient plus à cadrer son ado ? Ou faut-il y voir un aveu d'échec éducatif ? Les réponses avec Nicole Catheline, pédopsychiatre.PE : L'internat représente-t-il une solution efficace pour les parents qui ont du mal à gérer leur ado ?N.C. : Face à un jeune difficile, l'aménagement d'un cadre (changement d'établissement ou choix de l'internat) est intéressant mais insuffisant. Alors, il est vrai qu'avec la distance, la relation peut s'assouplir et trouver un nouveau souffle. Mais, quand il y a conflit, il faut moins attendre une transformation en provenance de l'extérieur qu'une évolution en provenance de l'intérieur. Il est impossible d'économiser un travail de réflexion en inscrivant son enfant en pension. Il faut discuter d'abord, échanger sur ce que chacun attend de l'autre et de ce changement.PE : Un ado qui supporte mal la contrainte parentale supportera-t-il davantage celle d'un tiers ?N.C. : Oui. Les parents ont souvent des idées reçues sur les capacités et la personnalité de leur enfant. Ils imaginent, projettent sur lui leurs propres croyances. Seulement, les ados sont généralement moins hostiles aux cadres d'autorité qu'à celui établi par leurs parents. Ceux-ci disent : « Tu ne supportes les interdits de personne ». Mais très souvent, c'est faux. Et cette croyance gêne l'originalité de l'ado qui est contraint de répondre au moule dans lequel on le met. En somme, avec les parents, l'affect entre en jeu et brouille parfois les cartes. Un tiers restera plus neutre et l'ado pourra lui montrer une autre facette de sa personnalité.PE : Mais cette expérience à l'internat, l'ado peut aussi très mal la vivre ?N.C. : Bien entendu. Il peut se dire : « Si mes parents n'en peuvent plus de moi, c'est que je suis mauvais. » Il mettra alors tout en oeuvre pour se faire renvoyer et ainsi démontrer que l'école ne réussira pas là où ses parents ont également échoué. Pour l'ado, il s'agira alors de prendre ses parents au mot et de garder la main en les devançant.L'ado n'aime pas se faire imposer des choses. D'où l'importance d'échanger avec lui.PE : La décision de l'internat doit donc se prendre à deuxN.C. : Il vaut mieux qu'elle soit négociée et approuvée par chacun, même si c'est du bout des lèvres. De toute façon, il est toujours possible de faire un test sur une période.PE : L'internat peut aussi être difficile à supporter pour les parents ?N.C. : Tout à fait. C'est toujours douloureux, même quand il y a conflit, de se dire que son ado s'éloigne, qu'il va apprendre par le biais de nouvelles personnes, qu'il va découvrir le monde par le prisme de nouveaux modèles Et puis, à ces douleurs s'ajoutent les angoisses : va-t- il réussir à se débrouiller seul ? Va-t-il faire de bonnes rencontres ?PE : En somme, il s'agit d'une ruptureN.C. : D'une maturation plutôt d'un chemin composé d'étapes à franchir.PE : Justement, comment la séparation peut-elle devenir un outil éducatif constructif ?N.C. : Le travail de séparation porte sur la vie psychique. Il est donc nécessaire d'avoir un raisonnement personnel positif et optimiste pour bien la travailler. Comment ? En comprenant que l'éloignement, quand il est réfléchi, peut permettre à l'ado de savoir qui il est et de se construire. Ses modèles identificatoires changeront, certes, mais vivre hors du noyau familial lui apprendra à s'extérioriser, à se décentrer et à s'autonomiser.PE : Pour finir, y a-t-il des cas où l'internat est déconseillé ?N.C. : Oui, chez l'enfant très angoissé. Cette expérience risquerait alors d'aggraver son degré d'inhibition.

Quelques chiffres

- Dans les lycées généraux et technologiques, 7 % des élèves sont internes ; 12 % le sont dans les lycées professionnels- 4 % des élèves de l'enseignement secondaire public sont internes, soit 176 796 jeunes- Les élèves boursiers internes ont droit à une prime de 234,93 euros par anSource : ministère de l'Éducation nationale

L'année prochaine, il part à l'internat ? Veillez surtout à :

- ce que le projet soit réfléchi avec le jeune- fixer une durée d'engagement et refaire le point au terme de l'année- définir ce que chacun attend d'une telle expérience, sachant que la pension doit être choisie comme un acte de maturation, pas comme une sanction.Le Dr Nicole Catheline est pédopsychiatre, praticien hospitalier dans lecentre d'accueil thérapeutique de jour pour les adolescents à l'hôpital Henri-Laborit, à Poitiers. Elle est spécialisée dans les difficultés scolaires. Elle a notamment coécrit, avec Véronique Bedin, Les Années-collège : le grand malentendu, chez Albin Michel.À lireÉtudier en internat, Collectif, Fabert, 32 eurosInternat et séparations peuvent-ils être des outils éducatifs ? Richard Josefsberg, Érès, 19 euros

Publié par Dorothée Blancheton le Lundi 26 Mai 2008 : 02h00
Source : Psychoenfant, mai 2008.
A lire aussi
Divorce : conseils aux parents après la séparation Publié le 11/05/2009 - 00h00

Quel que soit le contexte, le divorce représente toujours un véritable bouleversement dans la vie de l'enfant, quel que soit son âge. Après l'étape de la séparation, comment s'organiser pour protéger son enfant ? Voici les conseils proposés aux parents par le Dr Paul Bensussan*.

Dire non plus facilement à ses enfants ? Publié le 03/03/2008 - 00h00

Un enfant, c'est, la plupart du temps, un trésor pour ses parents. Tant mieux, mais parfois les parents n'osent plus dire non à leur rejeton qui devient de plus en plus incontrôlable. Comment réagir pour le cadrer ? Comment se faire obéir ?

Est-il victime de harcèlement à l’école ? Publié le 05/11/2010 - 13h02

Moqueries, surnoms déplaisants, insultes, menaces, manœuvre d’isolement, et même bousculades par des élèves harceleurs, c’est une face cachée de la violence scolaire. Un phénomène suffisamment répandu pour que vous vous assuriez que votre enfant n’en soit pas victime à votre insu.

Anorexie, comment la prévenir ? Publié le 05/05/2011 - 09h47

Ex-mannequin anorexique, Isabelle Caro, engagée contre cette maladie, est morte en novembre dernier à l’âge de 28 ans. Si dans 80 % des cas, l’anorexie se soigne, elle requiert une prise en charge plurielle. Quelles sont les causes de cette maladie et comment la soigner ? Les réponses de...

Plus d'articles