Radios, scanners, IRM : pourquoi il faut être prudent

Nous devons beaucoup à l’imagerie médicale. De la simple fracture au cancer à ses premiers stades, elle nous permet de détecter, et donc de soigner efficacement, beaucoup de problèmes. Mais en abuser peut aussi nuire à la santé. Explications et conseils de prudence.

PUB

L’imagerie médicale, pas un geste sans conséquences

Pour fabriquer une image médicale, on utilise souvent des radiations. Les rayons X pour la radio ou pour les scanners, un champ magnétique pour les IRM, ou le rayonnement de substances radioactives pour des examens encore plus poussés comme les scintigraphies. Tous ces rayons peuvent avoir un effet sur notre santé. C’est pourquoi il est conseillé de n’utiliser les images médicales que quand elles sont vraiment nécessaires.

Rayons X et scanners : augmentation du risque de cancer

Les rayons X et les scanners exposent notre corps à des radiations ionisantes. Rien d’affolant en soi – après tout, nous sommes exposés tout au long de notre vie à des radiations émises naturellement par notre environnement. Mais les risques sont tout de même bien là, avec une augmentation du risque de cancer quand la dose de radiation augmente. Ainsi, une étude publiée dans le prestigieux Lancet et a montré que les scanners peuvent aller jusqu’à tripler le risque de cancer du cerveau. Certes, il s’agit de tripler un risque qui est très faible, mais cela donne tout de même à réfléchir !

PUB
PUB

Radio ou scanner ?

Certains examens entrainent la délivrance d’une dose plus importante. Ainsi, un scanner de la tête entraîne une irradiation équivalente à celle que l'on recevrait en 8 mois en temps normal. Pour un scanner du bassin, c'est 4 ans... et pour une radion des poumons, 3 à 10 jours !

Attention aux jeunes et aux femmes enceintes…

Si les rayonnements sont dangereux, ils le sont surtout pour les plus jeunes. En effet, non seulement ils sont plus sensibles au rayonnement, mais en plus les doses administrées s’additionnent tout au long de la vie. Il faut donc réfléchir à deux fois avant d’utiliser les images médicales chez les enfants… mais aussi les fœtus. C’est pourquoi les femmes enceintes, ou qui pensent pouvoir l’être, devraient toujours prévenir leur médecin (et leur dentiste) de ce fait, pour que les précautions nécessaires à la protection du fœtus puissent être prises.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 15 Juillet 2013 : 16h59
Mis à jour le Lundi 15 Juillet 2013 : 18h59
Source : Pearce, M.S. et al., Lancet, août 2012 (doi:10.1016/S0140-6736(12)60815-0)