Nucléaire : retombées radioactives dans l’eau de pluie en France

© Fotolia

Selon la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD), de l’iode radioactif a été détecté dans de l’eau de pluie en France. Certes, le niveau de contamination est très faible, mais l’iode 131 n’est demeure pas moins mesurable.

PUB

De l’iode radioactif dans l’eau de pluie

Durant la nuit du dimanche 27 au lundi 28 mars, le laboratoire de la CRIIRAD a détecté la présence d’iode 131 en analysant de l ’eau de pluie prélevée dans le secteur de Valence. Le taux est faible : 0,7 Becquerels/l +/- 0,38 Bq/l (marge d’incertitude associée à la mesure). Quant au dépôt humide (quantité de radioactivité déposée par unité de surface de sol), il est de 8,5 Bq/m2.

PUB
PUB

Ce niveau risque cependant d’augmenter légèrement car la contamination de l’air va encore se prolonger durant les 15 prochains jours. Il pourrait alors atteindre « plusieurs centaines de Bq/m2, voire quelques milliers de Bq/m2 en cas de conditions météorologiques très défavorables et/ou d’augmentation plus importante que prévue de l’activité de l’air », précisent les experts de la CRIIRAD.

Pour rappel : les retombées d’iode 131 sur la France à la suite du passage du nuage de Tchernobyl en 1986, ont varié de 1.000 Bq/m2 à 200.000 Bq/m2 selon les régions.

Quelles seront les conséquences sanitaires ?

La présence d’iode 131 dans l’eau de pluie peut contaminer les produits alimentaires les plus sensibles, comme les légumes à larges feuilles vertes (épinards, salades, blettes…).

Mais les taux d’iode radioactif retrouvés dans ces aliments resteront très faibles. Ils exposeront vraisemblablement les consommateurs à des niveaux trop faibles pour entraîner des effets sur la santé.

Publié le 30 Mars 2011 | Mis à jour le 30 Mars 2011
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Communiqué de presse de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD), 29 mars 2011.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés