Myopie : un dépistage dès la petite enfance pour préserver santé visuelle et développement psychomoteur

L’examen ophtalmologique chez le jeune enfant est d’autant plus important qu’un trouble visuel non dépisté peut avoir des conséquences sur son développement psychomoteur, et entrainer un retard dans son éveil puis dans son apprentissage scolaire. Des pathologies associées à une myopie forte, comme le glaucome, peuvent conduire à la cécité. 

PUB

Troubles de la vision : dépister dès la petite enfance

En France, 39% de la population est myope. La surveillance de la santé visuelle de l’enfant est donc un impératif à intégrer dans les réflexes sanitaires de la vie courante, dès l’âge de 9 mois, puis tout au long de l’enfance et de l’adolescence.

*Sur 830 000 naissances par an en France, 8% des enfants souffrent d’amétropie (trouble de la vision éloignée au repos), 4% présentent un strabisme, et 1% sont atteints de pathologies visuelles diverses. Ainsi, plus d’un enfant sur sept présente une anomalie visuelle susceptible d’entrainer un retard dans son éveil et dans son développement psychomoteur. Parmi tous les enfants scolarisés présentant un défaut de vision, 19% ne sont pas équipés d’une correction adaptée !

De plus, on constate une augmentation de la myopie chez les jeunes causée par divers facteurs, comme s’en inquiète le Pr Jean-Paul Renard, Ophtalmologiste agrégé : « Nous pouvons parler d’une véritable épidémie de myopie dans nos pays occidentaux. En cause, les comportements qui ont changé : avec les écrans, on travaille en regardant de près, surtout en milieu urbain. Une exposition aux écrans d’ordinateurs et aux téléphones portables supérieure à 40 heures par semaine augmente la prévalence et la progression de la myopie… Il y a les facteurs génétiques : plus de 50 gènes et au moins 20 paires de chromosomes sont associés à la myopie. Enfin, l’environnement a aussi son importance, notamment la nature de l’éclairage : la lumière artificielle augmente le risque de myopie alors que le temps passé à l’extérieur, à la lumière du jour, agit pour la prévention de la myopie : -2% de risque pour 40 minutes au minimum passées chaque jour à l’extérieur. » A noter que 49,5 % des 10-39 ans sont myopes…

PUB
PUB

Myopie non dépistée et non corrigée : des risques de glaucome, voire de cécité

Si cette myopie n’est pas soignée dès le début, on s’expose à des risques de pathologies associées comme le glaucome, qui peuvent aboutir à la cécité.
Le glaucome est dû à une montée de la pression oculaire entrainant une atteinte du nerf optique (qui envoie les informations visuelles au cerveau) et du champ visuel (espace de vision). Bien que présentant une prévalence chez la personne âgée, le glaucome est une maladie qui touche aussi les enfants.

Pr Renard : « Le risque de glaucome est énorme à partir d’une myopie de – 6 dioptries. Chez les enfants myopes, 10 à 25% présentent une pression intraoculaire supérieure à 20 mm Hg. »

Le Bus de la Vue

La Fondation Krys Group a lancé son Bus de la Vue sur les routes du Tour de France. L’enseigne profite de l’effervescence en régions liée à la Grande Boucle pour offrir au grand public un dépistage gratuit des troubles de la vision.
Jean-Pierre Champion, Directeur Général de Krys Group : « Le but est de faire réaliser des examens de la vue chez environ 1500 personnes, dont 1/3 d’enfants de moins de 16 ans, partant du principe que pendant toute leur scolarité, les enfants n’ont pas suffisamment l’occasion de se faire dépister de leur myopie et de leurs troubles de la vision en général. Le bus va donc les associer à ce dépistage, dans le cadre ludique et convivial du Tour de France. »

Quelques chiffres éloquents émanant de l’édition 2016 du Bus de la Vue :
Sur 102 enfants de maternelle et de primaire ayant testé gratuitement leur vue sur trois étapes du Tour de France,
• 7% ont été invités à consulter rapidement un ophtalmologiste
• 25,5% souffraient d’un défaut visuel
• Pour les enfants de maternelle, près de 80% n’avaient jamais consulté un médecin ophtalmologiste. Et 5% présentaient une situation d’urgence
• Pour les enfants de primaire, 30% n’avaient jamais vu un ophtalmologiste…

Source : Conférence de presse Krys Group du 27 juin 2017 avec l’intervention du Pr Jean-Paul Renard, Professeur en ophtalmologie et chercheur, autour de la thématique « Nouveaux problèmes de santé visuelle en 2017 - Enfants, myopie et numérique, glaucome.
Voir + de sources
.. » 
*www.asnav.org
Société Française du Glaucome - www.leglaucome.fr