Contraception œstroprogestative : que risque-t-on avec la pilule ?

© getty

L’Agence de sécurité du médicament (Ansm) vient de publier à destination des femmes sous pilule, patch ou anneau contraceptif œstroprogestatif, un document les informant des risques et des signes d’alerte à prendre en considération.

Publicité

« Vous et… vos contraceptifs œstroprogestatifs »

Comme tout médicament, les contraceptifs œstroprogestatifs (qui combinent deux types d’hormones : estrogènes et progestatif) peuvent entraîner des effets indésirables.

Quels sont les risques ?

Après l’initiation d’une pilule œstroprogestative, l’apparition ou l’aggravation de maux de tête doit être signalée au médecin.

Publicité
Publicité
  • Effets secondaires bénins à signaler à son médecin : maux de tête, migraines, saignements irréguliers entre les règles, absence de règles, sécheresse vaginale, douleurs pendant les règles, tension ou écoulement des seins, irritabilité, modification de la libido, du poids, troubles digestifs, cutanés, œdème, etc.
  • Effets secondaires rares mais potentiellement graves, nécessitant une prise en charge urgente : formation ou migration d’un caillot sanguin avec risque de phlébite, embolie pulmonaire, accident vasculaire cérébral (AVC) et infarctus.

Quels sont les signes d’alerte ?

Signes évocateurs d’une phlébite : gonflement d’une cuisse ou d’une jambe, apparition d’une douleur avec ou sans gonflement d’un mollet.

Les autres signes sont ceux de l’embolie pulmonaire (essoufflement brutal, crachats sanglants, accélération cardiaque), de l’infarctus du myocarde (douleur dans la poitrine, intense, angoissante, irradiante vers la mâchoire, les épaules, le bras gauche ou les deux bras et ne cédant pas en moins d’une minute) et de l’accident vasculaire (engourdissement brutal de la bouche, d’un côté du corps, des difficultés d’élocution, une perte ou anomalie de la vision).

L’apparition de ces signes doit amener à contacter le Samu (15).

La prise d’un contraceptif œstroprogestatif en pratique

  • Ne pas fumer ou arrêter de fumer.
  • Indiquez à votre médecin vos facteurs et vos antécédents familiaux de risque thrombo-embolique.
  • si vous êtes amenée à prendre des médicaments, des antibiotiques par exemple, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien car ils peuvent diminuer l’efficacité de la contraception.
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 14 Janvier 2014 : 12h01
Mis à jour le Mardi 14 Janvier 2014 : 15h59
Source : Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm), dépliant « Vous et… vos contraceptifs œstroprogestatifs », janvier 2014.
PUB
PUB