Cancer du col de l’utérus : le frottis pour toutes les femmes

Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus pourrait être évité. Beaucoup de femmes  négligeant cet examen, l’Institut National contre le Cancer lance une nouvelle campagne d’information.

PUB

Un frottis tous les 3 ans

A l’occasion de la semaine européenne de prévention et de dépistage du cancer du col de l’utérus du 24 au 31 janvier, l’Institut National contre le Cancer et le Ministère de la Santé rappellent aux femmes que « Pour détecter le cancer du col de l’utérus, la meilleure solution est un frottis tous les 3 ans ». Et qu’il ne doit pas s’arrêter à 45 an, surtout pas ! L’enjeu est de taille car chaque année :

PUB
PUB
  • des lésions pré-cancéreuses ou cancéreuses sont détectées chez plus de 31 000 femmes.
  • 3000 nouveaux cas de cancers sont dépistés.
  • 1100 femmes décèdent de ce cancer.

La vaccination des adolescentes dès l’âge de 11 ans, recommandée depuis 2007 pour prévenir le cancer du col de l’utérus, protège contre 70% des papillomavirus impliqués dans cette maladie mais pas contre la totalité. Le frottis de dépistage reste donc indispensable pour la déceler le plus précocement possible et la traiter.

Chez toutes les femmes de 25 à 65 ans

Le frottis est recommandé chez toutes les femmes de 25 à 65 ans, vaccinées ou pas, tous les trois ans après deux frottis normaux réalisés à un an d’intervalle. Même si les femmes peuvent être contaminées jeunes, le cancer du col de l’utérus se développe très lentement sur plusieurs années et apparaît le plus souvent après 45 ans. En réalisant régulièrement un frottis, il est possible de détecter des cellules pré-cancéreuses et d’éviter qu’elles n’évoluent vers un cancer.

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Vendredi 22 Janvier 2016 : 15h55
Mis à jour le Vendredi 22 Janvier 2016 : 16h57
Source : Communiqué de l’Inca, « Après 45 ans, le frottis ce n’est surtout pas fini », 22 janvier 2016.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés