L’argument « vitamine D » n’est pas une bonne excuse pour se faire bronzer en cabine

© getty

L’Institut national du cancer vient de publier un rapport sur les liens entre UV, vitamine D et cancers. Ce rapport confirme que l’exposition aux UV ne peut être considérée comme bénéfique. Au contraire, elle est fortement déconseillée.

Publicité

UV, vitamine D et cancer : le point sur cette relation à trois

Suite à la diffusion d’informations suggérant que l’exposition aux UV pourrait protéger contre certains cancers non cutanés, via la production de vitamine D, la Direction générale de la santé a demandé à l’Institut national du cancer (INCa) de faire un point sur les connaissances scientifiques relatives à ce sujet.

Ce travail indique que l’hypothèse selon laquelle les rayonnements UV réduiraient le risque de cancers du sein, de la prostate ou du côlon ne repose que sur des études « de faible niveau de preuve ». De plus, la relation entre la production de vitamine D et l’apparition de cancers reste à éclaircir. Les résultats sont en effet contradictoires en fonction du cancer considéré : la vitamine D semble par exemple diminuer le risque de cancer colorectal mais augmenter celui de cancer du pancréas.

Publicité
Publicité

Les UV artificiels sont fortement déconseillés

Le rapport produit par l’INCa rappelle qu’exposer son visage et ses avant-bras à la lumière du soleil pendant 5 à 10 minutes, 2 à 3 fois par semaine, suffit pour produire la quantité de vitamine D nécessaire à notre organisme. Pour les personnes présentant un risque de carence particulier comme les nouveau-nés, les enfants, les personnes âgées ou encore les femmes enceintes, une supplémentation orale est recommandée.

L’INCa rappelle aussi que « la pratique du bronzage par UV artificiels est fortement déconseillée, qu’elle ne peut faire référence à un quelconque bénéfice pour la santé et que les dispositions règlementaires françaises ne permettent pas d’éliminer le risque de cancer associé à cette pratique ». Le rayonnement émis par les installations de bronzage artificiel a été classé dans la catégorie des « cancérogène certains pour l’homme » par le Centre international de recherche sur le cancer en 2009.

Publié par La Fondation ARC le Mercredi 28 Décembre 2011 : 10h31
Mis à jour le Mercredi 28 Décembre 2011 : 10h31
Source : ARC
PUB
PUB