Alcool et grossesse

Une femme enceinte sur vingt a des problèmes chroniques avec l'alcool. Ce chiffre important fait d'autant plus peur que les effets de l'alcool sur l'enfant sont graves et importants. Pas de panique pour autant si vous avez bu un peu d'alcool en début de grossesse. Quelle que soit votre attitude vis-à-vis de l'alcool, quelques informations indispensables.
PUB

Malformations et retard de croissance

Une consommation d’alcool importante pendant les trois premiers mois peut induire des malformations du bébé.

Le syndrome d’alcoolisation fœtale constitue l’atteinte la plus grave de l’exposition prénatale à l’alcool (1 à 2 naissances pour 1.000 en France).

Les classiques anomalies du visage sont rares et se voient dans les cas extrêmes. En revanche l'alcool peut provoquer un retard de croissance et une diminution du périmètre crânien (petite tête).

Retard mental et troubles du comportement

L'alcoolisme maternel est au premier rang des causes de handicap mental à la naissance.

Ce handicap mental se manifeste par des troubles du cycle veille-sommeil, des déviations visuelles, des troubles de la succion et des conduites alimentaires. Vers l'âge de 5-6 ans, l'enfant risque d'être hyperactif avec des difficultés d'apprentissage du calcul. Le quotient intellectuel peut être diminué. Les enfants dont les mères ont bu plus d'un verre par jour ont douze fois plus de risques d'être hyperactifs. Plus tard, à l'âge adulte, on note un comportement instable avec risque de dépendance aux drogues (dont l'alcool).

Guide: 

Publié le 28 Janvier 2004 | Mis à jour le 18 Décembre 2014
Auteur(s) : Dr Renaud Guichard, chirurgien
PUB
PUB

Contenus sponsorisés