Vaccinations : ni inutiles, ni dangereuses proclament les pédiatres

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 19 Novembre 2013 : 09h16
Mis à jour le Mardi 19 Novembre 2013 : 10h24

Face aux multiples rumeurs en défaveur de la vaccination, les pédiatres ont décidé de riposter et de rétablir la vérité : « non les vaccins ne sont pas inutiles et dangereux ».

Selon les estimations de l’OMS les vaccinations sauvent la vie de 2 à 3 millions de personnes chaque année dans le monde.

Les polémiques ne doivent pas ruiner l’efficacité vaccinale.

© Istock

Rétablir la vérité autour de la vaccination

Les pédiatres de l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA) et du Groupe de pathologie infectieuse pédiatrique (GPIP)se mobilisent contre les polémiques qui ne cessent d’alimenter des débats en défaveur des vaccins, « notamment depuis la pandémie grippale A (H1N1) de 2009 » précisent-ils.

  • « Les vaccins ne servent à rien à part enrichir les labos »,
  • « La sclérose en plaques est une conséquence du vaccin contre l'hépatite B »,
  • « Le vaccin contre le papillomavirus provoque des maladies auto-immunes »,
  • « L'aluminium présent dans les vaccins est dangereux pour la santé »,

Aucune de ces controverses n’a été reconnue par des études fiables et validées. En revanche, il est avéré que les vaccins sauvent chaque année entre 2 et 3 millions de personnes.

En France, depuis 1950, les vaccins ont contribué à diviser au moins par 30 la mortalité due à certaines maladies infectieuses (Inserm). Aujourd’hui, grâce à la vaccination, certaines maladies sont sous contrôle, d’autres ont totalement disparu comme la variole tandis que d’autres encore comme la poliomyélite pourraient facilement réapparaître si la vaccination venait à disparaître.

PUB

La vaccination est-elle victime de son succès ?

Il faut en convenir, les Français sont perturbés par les rumeurs anti-vaccinales et leur motivation face à des maladies qu’ils ne rencontrent plus est en baisse.

C’est ainsi que le taux de la couverture vaccinale est devenu insuffisant pour protéger les ados, les malades chroniques (asthmatiques par exemple) et les prématurés vis-à-vis de certaines maladies. C’est le cas pour la rougeole, les oreillons et la rubéole, l’hépatite B, les papillomavirus, la méningite à méningocoque C.

C’est pour rappeler l’utilité et l’importance de la vaccination que les pédiatres souhaitent informer le grand public. Pour « une meilleure compréhension du rapport bénéfices/risques de la vaccination ».

Mots-clés : Vaccination, Vaccin
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 19 Novembre 2013 : 09h16
Mis à jour le Mardi 19 Novembre 2013 : 10h24
Source : Communiqué de presse de l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA) et du Groupe de pathologie infectieuse pédiatrique (GPIP), novembre 2013.
A lire aussi
Aluminium et vaccin : la fin d’une polémique ? Publié le 09/08/2013 - 13h10

L’aluminium est utilisé comme adjuvant dans certains vaccins. La polémique autour de la nocivité potentielle de cet élément devrait prendre fin avec ce rapport qui vient d’être remis au Ministère de la Santé.

Êtes-vous à jour dans vos vaccins ? Faites le test !Publié le 29/10/2010 - 10h30

Le calendrier vaccinal ne concerne pas que les enfants. Même les adultes peuvent bénéficier d’un rattrapage (vaccination non effectuée pendant l’enfance) et dans tous les cas, ils doivent eux aussi veiller à faire leurs rappels en temps et en heure. Êtes-vous bien au courant ? Voici un...

Plus d'articles