Un patient opéré par erreur du cerveau, au Kenya

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Lundi 05 Mars 2018 : 12h48

Un homme a été opéré du cerveau par erreur au Kenyatta National Hospital de Nairobi (Kenya). Après cette importante bévue, plusieurs membres du personnel ont été suspendus.

© Istock

C'est une sérieuse bévue qui a été commise par le Kenyatta National Hospital de Nairobi (Kenya). L'établissement se retrouve dans la tourmente après une grave erreur qui s'est produite le 25 février dernier. Un homme s'est fait opérer du cerveau par erreur. Après l'incident, plusieurs membres du personnel ont été suspendus.

Selon le journal Daily Nation, l'erreur a eu lieu à l'arrivée des deux hommes à l'hôpital. Le "mauvais patient" devait simplement recevoir un traitement médicamenteux tandis que le second - "le bon patient" - était admis pour une thrombose cérébrale, une forme d'AVC. Il devait donc subir une opération visant à lui retirer le caillot de sang qui la provoquait.

Malheureusement, "le mauvais patient" s'est retrouvé à la place du "bon patient" sur la table d'opération. L'équipe médicale s'est rendu compte de son erreur lorsque les chirurgiens ont constaté qu'il n'y avait aucun caillot de sang dans le cerveau.

Après cette confusion, le chirurgien, deux infirmières et un anesthésiste ont été suspendus. Une enquête est actuellement en cours, afin de comprendre l'origine de cette erreur. De son côté, le directeur de l'hôpital s'est vu suspendre par le ministre de la Santé.

Le Daily Nation signale que "l'équipe qui se trouvait dans la salle d'opération ne pouvait pas savoir qu'elle opérait la mauvaise personne parce que cette dernière était inconsciente". En France, les patients sont porteurs d'un bracelet qui indique leur identité, évitant ce genre d'incident.

L'hôpital déjà dans la tourmente

PUB

Cet épisode a déclenché un véritable scandale sur les réseaux sociaux, où pluiseurs personnes pointent du doigt une défaillance dans l'organisation de l'établissement. Pour stopper le tollé sur Twitter, l'hôpital a publié un communiqué où il rendait publiques les sanctions à l'encontre des membres du personnel désignés comme responsables.

L'établissement en a profité pour donner des nouvelles du "mauvais patient" qui "se remet et récupère bien". Ils ont également exprimé leurs "profonds regrets". Quant au "bon patient", son état s'est grandement amélioré depuis; à la grande surprise des médecins, il ne devrait même pas avoir besoin de l'opération.

Le Kenyatta National Hospital n'en est pas à son coup d'essai en matière de bévues médicales. Le début de l'année 2018 est teinté de trois scandales en seulement deux mois pour l'établissement. Le premier incident, survenu en janvier, est d'une toute autre nature. Plusieurs patients ont accusé des membres du personnel d'agressions sexuelles. Seulement un mois après, l'hôpital faisait face au vol d'un nouveau-né.

Un début d'année bien sombre pour l'établissement qui est également un centre hospitalier universitaire et l'hôpital le plus important du Kenya.

PUB
PUB
A lire aussi
Chirurgie esthétique : opération du nezPublié le 21/05/2007 - 00h00

Se faire opérer du nez est toute une aventure que l'on n'entreprend pas à la légère, surtout lorsqu'elle est uniquement à visée esthétique. Comment choisir son chirurgien ? Comment se déroule la première consultation ? Existe-t-il un délai de réflexion légal ? De qui et de quoi faut-il...

La chirurgie du dos, en pleine évolutionPublié le 23/09/2011 - 09h46

Lumbago, sciatique, hernie discale…, autant de pathologies de la colonne vertébrale (encore appelée rachis) qui deviennent un calvaire pour ceux qui en souffrent. Souvent présentée comme une solution de dernier recours, la chirurgie du rachis permet aujourd’hui, par le biais de...

Plus d'articles