Syndrome de l’intestin irritable : ce qu’on ne vous a pas dit

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 01 Octobre 2015 : 15h44
Mis à jour le Lundi 19 Octobre 2015 : 13h24

Également appelé côlon irritable, colite spasmodique, colopathie fonctionnelle, le syndrome de l’intestin irritable est un trouble digestif fonctionnel lié à une hypersensibilité et à une fragilité de l’intestin. Extrêmement fréquente, cette maladie est bénigne, mais particulièrement incommodante dans la vie quotidienne : diarrhées, constipations, ou alternance des deux, douleurs abdominales, ballonnements, flatulences crampes, etc.

Pour ne pas subir cette myriade de symptômes, il faut y penser et consulter. Le Pr Jean-Marc Sabaté, gastro-enterologue à l’Hôpital Louis Mourier de Colombes (92), Président du Groupe Français de Neuro-Gastro-Entérologie et du Conseil scientifique de l’Association des patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable,nous livre quelques informations des plus pertinentes très peu connues des patients.

© Adobe Stock

Une gastro-entérite peut annoncer un syndrome de l’intestin irritable

En effet, nous indique le Pr Jean-Marc Sabaté, "il faut savoir que 15 à 20 % des formes de syndrome de l’intestin irritable peuvent se déclarer après une gastro-entérite prolongée, c’est-à-dire qui dure dans le temps plus 5 jours, plus souvent chez les femmes et associée à un contexte de stress, facteur favorisant bien connu". Donc en pratique, une gastro-entérite qui s’éternise "doit amener à consulter afin d’explorer un syndromede l’intestin irritable".

Comment savoir si c’est un syndrome de l’intestin irritable ?

Aucun examen, même la coloscopie, ne permet d’affirmer qu’il s’agit d’un syndrome de l’intestin irritable. Les examens sont réalisés pour écarter d’autres maladies. Le diagnostic repose sur les principaux symptômes, à savoir des douleurs et des troubles digestifs réguliers se manifestant pendant plus de 3 jours par mois au cours des trois derniers mois avec une ancienneté d’au moins 6 mois.

Le syndrome de l’intestin irritable est une maladie invalidante

Il s’agit d’un syndrome extrêmement fréquent qui touche jusqu’à 5% de la population. Or cette maladie peut altérer la qualité de vie de façon importante. Selon des études américaines rapportées par le Pr Jean-Marc Sabaté, « l’inconfort » est comparable à celui vécu par des personnes souffrant d’une maladie de Crohn ou traitées par dialyse pour une insuffisance rénale.

Un coût de 730 euros par patient

Selon les dernières données françaises remontant à 2003, le syndrome de l’intestin irritable coûte en moyenne pour la société 730 euros par patient par an, auxquels il faut ajouter 3,2 jours d’arrêt maladie déclaré souvent pour d’autres motifs (grippe, asthme…), sans oublier le présentéisme, la perte d’efficacité au travail. Aux États-Unis, le syndrome de l’intestin irritable coûte presque aussi cher que la prise en charge de l’hypertension (33 milliards de dollars), s’élevant à quelque 30 milliards de dollars, soit plus que la migraine ou l’asthme (environ 15 milliards chacun). Une étude française est actuellement en cours qui chiffrera le coût global du syndrome de l’intestin irritable pour les patients et la société.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 01 Octobre 2015 : 15h44
Mis à jour le Lundi 19 Octobre 2015 : 13h24
Source : D'après un entretien avec le Pr Jean-Marc Sabaté, gastro-enterologue à l’Hôpital Louis Mourier de Colombes (92), Président du Groupe Français de Neuro-Gastro-Entérologie et du Conseil scientifique de l’Association des patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable
A lire aussi
Plus d'articles