Le risque d'embolie pulmonaire dépend de la longueur du trajet en avion

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 08 Octobre 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 20 Juin 2016 : 14h42
-A +A

Plus la durée du voyage en avion est longue, plus le risque d'embolie pulmonaire est sévère. En effet, des chercheurs français ont enregistré au cours des sept dernières années tous les cas de passagers qui, à leur descente d'avion à l'aéroport de Roissy ont été pris en charge par le SAMU pour embolie pulmonaire. Après analyse, le risque d'embolie est 150 fois plus élevé pour des vols de plus 5.000 km ou de plus de six heures.

Le risque de thromboembolie veineuse ou “syndrome de la classe économique” a depuis longtemps été associé à un long trajet en avion. Il serait dû à l'immobilité prolongée et au manque d'espace en classe économique. Cependant, le rôle de la longueur du voyage n'a jamais été étudié précisément.

Une équipe française a analysé les 135,3 millions de passagers ayant atterri à l'aéroport Charles-de-Gaulle au cours des sept dernières années. Exactement 56 ont été victimes d'une embolie pulmonaire sévère à la fin du vol ou immédiatement après, soit 8 cas par an. Après estimations, les auteurs concluent à l'existence d'un risque d'embolie pulmonaire 150 fois plus élevé chez les passagers d'un vol de plus 5.000 km ou dépassant 6 heures, soit 1,5 cas par millions de passagers, contre 0,01 pour des vols courts. Le risque s'accroît proportionnellement avec la distance puisqu'il est 480 fois plus élevé chez les passagers d'un vol de plus de 10.000 km, soit 4,8 cas par million d'arrivées.

Une fréquence sous-estimée

L'incidence de l'embolie pulmonaire est très certainement sous-estimée car seuls les cas symptomatiques survenant durant ou immédiatement après le vol sont pris en compte.

Par ailleurs, précision que l'immobilité n'est pas le seul facteur déclenchant, la déshydratation et la faible pression ambiante altèrent également l'activité de la coagulation sanguine.

Conseils pratiques durant un long vol :

  • buvez beaucoup d'eau ;
  • évitez l'alcool et le tabac ;
  • préférez les vêtements amples ;
  • portez des bas élastiques de soutien ;
  • évitez de croiser les jambes ;
  • levez-vous autant que possible ;
  • changez souvent de position en étant assis ;
  • pratiquez de petits exercices afin de faire bouger vos jambes.
Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 08 Octobre 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 20 Juin 2016 : 14h42
A lire aussi
Seniors et vols longs courriers : risques et consignes Publié le 15/10/2007 - 00h00

Les seniors voyagent de plus en plus, et ils voyagent de plus en plus loin. Ainsi, nombreux sont ceux qui réalisent des vols longs courriers, en couple, parfois seuls, ou plus souvent en groupe. Or cette population présente un risque accru de thromboses veineuses. Voici les consignes de...

Phlébite : principal danger, l'embolie pulmonaire Publié le 30/12/2008 - 00h00

La phlébite touche quelque 150.000 Francais. Au-delà des varices et des oedèmes qui peuvent apparaître sur les jambes, cette maladie peut aussi provoquer une embolie pulmonaire, dont l'issue est trop souvent fatale. Pourtant, chaque année, des milliers de décès pourraient être évités...

Voyage en avion : passeport santé Publié le 23/08/2005 - 00h00

Anticiper est le maître mot d'un voyage aérien réussi. En plus des mesures préventives classiques (vaccinations, règles d'hygiène, prévention du paludisme, etc.), quelques précautions permettent d'éviter certains désagréments liés aux voyages de longue durée. Quelques conseils pour la...

Plus d'articles