Résistances aux traitements : des pistes pour y remédier

Publié par La Fondation ARC le Vendredi 10 Août 2012 : 10h36
Mis à jour le Lundi 27 Août 2012 : 10h38

En élucidant les mécanismes moléculaires impliqués dans la capacité des cellules cancéreuses à devenir résistantes aux traitements antitumoraux, de nombreuses équipes de chercheurs dégagent des pistes qui pourraient permettre de s’affranchir de ce problème.

© getty

Nouvelles pistes pour lutter contre la résistances aux traitements antitumorales

PUB

Chimiothérapie, hormonothérapie, plus récemment thérapies ciblées… les armes permettant de lutter contre les cancers du sein sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus prometteuses. Toutefois, un problème vient trop souvent entraver l’efficacité de cet arsenal thérapeutique : l’apparition de résistances aux traitements. En effet, chez de nombreux patients, un traitement peut commencer par donner de très bons résultats, puis devenir totalement inefficace. Il est alors nécessaire de changer de traitement, lorsque cela est possible.

Pour résoudre ce problème, de nombreuses équipes de chercheurs s’attèlent à décrypter les mécanismes moléculaires à l’origine de l’émergence des résistances aux molécules antitumorales. En comprenant ces mécanismes, il devrait être possible de s’y opposer et, ainsi, de contrer l’apparition des résistances.

Des chercheurs américains viennent ainsi de mettre en évidence une protéine impliquée dans la résistance des cellules de cancer du sein à deux hormonothérapies : le tamoxifène et le fulvestrant. De même, une autre équipe a découvert une protéine qui joue visiblement un rôle clé dans l’émergence de la résistance des cancers du poumon à la molécule de thérapie ciblée erlotinib.

Dans les deux cas, les chercheurs espèrent maintenant parvenir à développer une stratégie visant à empêcher l’apparition de résistances, se fondant sur l’administration de deux médicaments : la molécule antitomorale (tamoxifène, fulvestrant ou erlotinib) et une molécule capable d’inhiber l’activité de la protéine impliquée dans l’apparition de la résistance.

Publié par La Fondation ARC le Vendredi 10 Août 2012 : 10h36
Mis à jour le Lundi 27 Août 2012 : 10h38
Source : ARC - K. Cook et coll., « Cancer Research » du 1er juillet 2012
PUB
PUB
A lire aussi
Cancer du sein : on avance…Publié le 30/09/2011 - 09h37

Les femmes ont 90% de chances de guérir d’un cancer du sein dépisté tôt. De nouveaux traitements voient le jour, de plus en plus ciblés selon chaque cas. Des progrès gigantesques en moins de 10 ans.

Plus d'articles