Qui a une tête à poux ?

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 08 Septembre 2014 : 09h00
Mis à jour le Vendredi 12 Septembre 2014 : 15h02

Ma fille / Mon fils a une « tête à poux » !
C’est le désastre.

Mais qu’entend-on exactement par là ?

Et quels sont les comportements qui peuvent donner une « tête à poux » ?

Les têtes à poux existent-elles ?

Ce que les parents entendent par « tête à poux », c’est un enfant, fille ou garçon, qui ramène des poux à la maison plus souvent que ses amis, ou ses frères et sœurs. Dès que les poux font leur apparition à l’école, on peut être sûr qu’ils vont faire leur chemin jusqu’à ce cuir chevelu-là…

Les médecins s’accordent généralement sur l’existence de ces « têtes à poux ». Malheureusement… ils ne peuvent pas l’expliquer.

La nature des cheveux compte mais n’explique pas tout.

On sait, certes, que certaines natures de cheveux sont plus susceptibles d’être envahies par les poux que d’autres : les cheveux frisés, crépus, sont moins confortables pour les poux qui ont du mal à s’accrocher. Donc les personnes à cheveux lisses sont plus vulnérables. Mais même entre personnes à nature de cheveux similaire, certains sont plus souvent touchés que d’autres…

Ce que l’on sait sur les têtes à poux

Même si les susceptibilités personnelles restent mystérieuses, certaines infestations à répétition par les poux peuvent être expliquées.

Les médecins pointent des facteurs qui peuvent favoriser l’apparition de poux :

  • Le fait de fréquenter ses camarades de très près, de les câliner, par exemple.

    Les poux ne sautent pas, mais ils peuvent très vite se transporter d’une tête à l’autre.

    C’est probablement pour cela que les filles sont plus souvent touchées par les poux que les garçons…

  • Avoir les cheveux longs et les porter détachés augmente le risque qu’un pou arrive jusqu'au cuir chevelu.

    Il est donc recommandé aux enfants qui ont les cheveux longs de les porter attachés quand ils sont en contact avec d’autres enfants.

  • Et bien sûr, le fait d’échanger avec ses amis les bonnets, barrettes, élastiques et autres accessoires qui se portent dans les cheveux.

Rien à voir, donc, avec l’hygiène. Les poux peuvent très bien infester des enfants, ou des adultes, dont la tête est très propre…

Les têtes à poux ne peuvent donc rien changer à leur sort, et les stigmatiser sera contre-productif ! Mieux vaut les aider à prévenir et à guérir les infestations.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 08 Septembre 2014 : 09h00
Mis à jour le Vendredi 12 Septembre 2014 : 15h02
Source : http://lancaster.unl.edu/pest/lice/faq.shtml
A lire aussi
Cinq conseils pour un shampooing parfait !Publié le 21/05/2012 - 09h21

Le shampooing a beau être l'un des produits de base de n'importe quelle trousse de toilette, il reste assez mal connu.Pourtant, entre un shampooing fait en vitesse sans y faire attention et un vrai soin des cheveux fait sous la douche, il y a une sacrée différence au niveau du résultat …!Cinq...

Poux, lentes : prévenir et traiterPublié le 13/09/2013 - 12h09

A chaque rentrée scolaire, les poux font leur réapparition.Il existe, en pharmacie, de nombreux produits efficaces pour les éliminer, mais il faut aussi appliquer des mesures de prévention pour éviter la réinfestation. Le traitement  contre les poux demande beaucoup de persévérance et de...

Pellicules : pourquoi moi ?Publié le 30/09/2011 - 09h20

Les pellicules, bénignes mais très fréquentes, embêtent près d’un Français sur deux, de façon durable ou passagère. S’il est légitime de se demander comment s’en débarrasser, il est logique d’en chercher l’origine. Les facteurs favorisant les pellicules étant nombreux, les...

Haro sur les pellicules !Publié le 27/05/2011 - 08h52

Totalement bénignes, les pellicules ne sont pas toujours faciles à vivre au quotidien. Fort heureusement, il existe aujourd’hui de réelles solutions pour venir à bout des pellicules

Plus d'articles