Pénurie de préservatifs gratuits à Toulouse

Publié par Aline Garcin, journaliste santé le Lundi 18 Juin 2018 : 10h40

L'accès aux préservatifs gratuits est rendu difficile à Toulouse. Une situation préoccupante que dénoncent des associations communautaires et de lutte contre le VIH/sida.

© Istock
PUB

Neuf associations françaises de lutte contre le VIH/sida et communautaires LGBTQI ont publié un communiqué dans lequel elles alertent sur l'accès aux préservatifs gratuits de plus en plus restreint dans leur région. Les associations dénoncent une situation préoccupante depuis décembre dernier.

Leurs commandes de préservatifs auprès des Agences Régionales de Santé (ARS) ne sont, pour la plupart, plus honorées. En cause, une baisse du budget du ministère de la Santé. Cette décision du gouvernement engendre des répercussions sur les actions de l'agence nationale de santé publique, en charge de fournir les préservatifs aux ARS.

Act Up Sud Ouest, Relais VIH et le planning familial de Toulouse, entre autres, réclament au gouvernement plusieurs mesures. D'abord, revoir à la hausse le budget du ministère de la Santé "afin de permettre aux citoyen.nes de pouvoir se protéger de l'épidémie de VIH/sida et des IST* et d'être informé.ées". Ensuite, prendre en compte "les spécificités des populations clefs dans cette épidémie (homosexuels hommes, migrant.e.s) pour qu'enfin le nombre de nouvelles contaminations baisse".

Le virus du VIH évolue en 4 grandes phases

PUB

Le préservatif  est le seul contraceptif qui protège du VIH/sida et des autres IST. Le virus de l'immuno-déficience humaine (VIH) est responsable du sida. Il se transmet par voie sexuelle, sanguine et de la mère à l'enfant. Le virus s'attaque aux cellules du du système immunitaire et évolue en quatre grandes phases.

- La primo-infection d'abord, durant laquelle l'organisme est progressivement envahi par le VIH jusqu'à la colonisation complète du corps.

- La période durant laquelle le virus attaque et use le système immunitaire : la phase asymptomatique. Elle dure généralement entre 2 et 5 ans. Comme son nom l'indique, le malade ne ressent pas forcément beaucoup de symptômes.

- Lorsque le virus se multiplie, suite à l'épuisement du contrôle immunitaire, on arrive à la phase d'accélération.

- Enfin, le syndrome d'immuno-déficience acquise (sida) constitue la quatrième et dernière phase d'évolution du virus du VIH. C'est une maladie grave, qui tue en l'absence de traitement antirétroviral efficace. Ce n'est pas à proprement parler le sida qui tue, mais des maladies dites "opportunistes" qui profitent de la santé vulnérable du patient.

*Infections sexuellement transmissibles

 

Publié par Aline Garcin, journaliste santé le Lundi 18 Juin 2018 : 10h40
Source : "L'accès aux préservatifs gratuits menacé en France !", Relais VIH
PUB
PUB
A lire aussi
Séropositif ou malade du sida ?Publié le 21/05/2007 - 00h00

Une personne séropositive est porteuse du virus du sida, mais n'a pas développé la maladie. En revanche, une personne atteinte du sida a dépassé ce stade, présente des symptômes et a développé la maladie. Dans les deux cas, un traitement est possible, d'où l'acte essentiel de se faire...

Les jeunes n'en savent pas (encore) assez sur le sida !Publié le 16/06/2011 - 15h08

L'été, c'est la belle saison… mais aussi celle des infections sexuellement transmissibles. L'utilisation du préservatif est plus importante que jamais ! C'est pourquoi la plateforme prévention sida lance en ce moment une campagne de prévention orientée spécifiquement vers les jeunes. 

VIH, SIDA : une nouvelle variante plus agressivePublié le 26/02/2015 - 07h00

Si la plupart des découvertes concernant le SIDA sont encourageantes, le virus reste un ennemi redoutable. Pour preuve, une nouvelle variante a été découverte à Cuba, nettement plus agressive que celle que nous connaissons.

Plus d'articles