Obésité et cancer de l’endomètre, bénéfice drastique de la chirurgie bariatrique en prévention

Publié par La Fondation ARC le Lundi 28 Avril 2014 : 09h13

Premier cancer associé à l’indice de masse corporelle, le cancer de l’endomètre (le corps de l’utérus) touche un peu plus de 7 000 femmes chaque année en France.

Une étude réalisée aux Etats-Unis montre que la chirurgie bariatrique, visant à réduire l’absorption des aliments par l’organisme, ferait chuter de 71 % le risque de ce cancer.

© getty

L’obésité augmente le risque de certains cancer

En croissance depuis les années 90, le surpoids, et l’obésité a fortiori, ont des répercussions importantes sur l’état de santé en général.

Des associations ont notamment été clairement établies avec l’augmentation du risque de certains cancers : œsophage, pancréas, côlon, rectum, rein, sein (après la ménopause) et endomètre. La relation causale n’est pas toujours bien établie, mais un facteur hormonal semble souvent impliqué. En effet, le surpoids induit une dérégulation de certaines hormones de croissance ou d’hormones sexuelles, par exemple, des déséquilibres qui favorisent la croissance cellulaire et les processus de cancérisation.

PUB

La chirurgie bariatrique de l’obésité réduit le risque de cancer de l’endomètre

Lorsqu’une obésité sévère (IMC supérieur à 35 kg/m²) est source de complications chez un patient, une prise en charge chirurgicale peut lui être proposée. Cette chirurgie, dite bariatrique, consiste à réduire l’absorption des aliments par une réduction du volume gastrique ou par la création d’une dérivation dans le système digestif.

Une récente étude menée aux Etats-Unis s’est intéressée à l’impact de telles interventions sur les risques de cancer de l’endomètre, premier cancer dont la survenue est influencée par le surpoids. Leur approche rétrospective s’est basée sur l’analyse de plus de 7 millions de dossiers d’hospitalisation provenant de près de 400 centres de santé ou hôpitaux.

Si le risque de développer un cancer de l’endomètre est multiplié par 2,8 chez les femmes obèses, il est réduit de 71 % dès lors qu’une chirurgie bariatrique a été réalisée.

Il réduit même de 81 % lorsque la perte de poids suivant l’opération est maintenue à long terme.

Publié par La Fondation ARC le Lundi 28 Avril 2014 : 09h13
Source : Fondation ARC - Ward, K.K.et al; Bariatric surgery decreases the risk of uterine malignancy; Gynecologic oncology; Avril 2014.
A lire aussi
Obésité : ces maladies associées auxquelles on ne pense pas Publié le 06/07/2016 - 09h45

L’obésité n’est pas qu’un tour de taille ou une considération esthétique. Etre obèse est une maladie en soi, source de bien des maux. Si l’on connait le diabète, l’hypertension artérielle ou l’arthrose, on ignore souvent la réalité du risque de cancer lié à l’obésité mais...

L'obésité est-elle contagieuse ?Publié le 13/08/2007 - 00h00

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l'obésité est une maladie contagieuse. Les proches et les amis d'une personne obèse ont 40 à 171% de risque de le devenir aussi. L'imitation du mode de vie ne semble pas en cause. Ce phénomène s'expliquerait davantage par une dérive progressive des...

Plus d'articles