Médicaments : amis ou ennemis ?

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 13 Août 2007 : 02h00
-A +A
Nous n'avons pas tous la même attitude vis-à-vis des médicaments. Certains en prennent sans trop y penser, d'autres sont allergiques et d'autres encore en prennent même sans réel besoin, comme si c'était une garantie de bonne santé…

Certains n'apprécient pas toujours les médicaments...

Les médecins ont tendance à prescrire des médicaments sans trop se préoccuper de savoir si les malades vont ou non les prendre. Ils savent pourtant qu'un grand nombre de ces personnes ne suivent absolument pas leur(s) ordonnance(s). Elles les oublient, les refusent, les jettent ou s'autoprescrivent tout autre chose avec ou sans les conseils de leur pharmacien. Sans compter les irréductibles qui leur préfèrent les rebouteux ou les guérisseurs qu'ils consultent en parallèleNous aimerions bien que notre médecin s'intéresse un peu plus à notre façon de percevoir les médicaments. Si je n'aime pas ingérer des molécules chimiques, j'apprécierais beaucoup qu'il commence par me prescrire une hygiène de vie parfois suffisante pour soigner certaines maladies, par me donner des conseils, et puis, seulement si cela est nécessaire, par me prescrire le minimum de médicaments possibles. Ainsi, il aura plus de chances que je suive sa prescription, surtout s'il m'explique en quoi elle est indispensable.Si j'ai du cholestérol, un régime me sera plus agréable et si je suis dépressif, faire du sport me semblera plus logique que prendre des comprimés.

D'autres les aiment trop

Mais pourquoi, si certains détestent les médicaments, d'autres les apprécient presque trop ?Gérald, lui, prend une dizaine de comprimés tous les matins. Pourtant, il ne souffre d'aucune maladie, à part un cholestérol un peu élevé. Il a bien sûr un traitement pour ce souci, auquel il ajoute des vitamines de toutes sortes et des traitements pour de petits bobos que la plupart d'entre nous soigneraient par le mépris. Il a mal à la tête ? Il prend un médicament. Il dort mal une nuit ? Il prend un somnifère. Il a rendez-vous chez le dentiste ? Il prend un anxiolytique auparavant Pourquoi a-t-il cette façon de compter sur des comprimés pour de tout de petits bobos ? C'est que le père de Gérald était un chercheur biologiste réputé qui travaillait dans l'industrie pharmaceutique. Pour lui, les médicaments étaient quelque chose de merveilleux, qui sauvaient des vies et les chercheurs finiraient par guérir toutes les maladies. D'ailleurs, le sida, vous savez bien les progrès que l'on a déjà faits ? C'est la vision que Gérald a assimilée. Pour lui, les médicaments sont toujours des amis sur qui l'on peut compter. Il ne voit guère leur facette négative. Pourtant, il a souffert d'un effet indésirable de son traitement du cholestérol, et il a dû changer de traitement. Cela ne l'empêche pas d'avoir une foi presque aveugle dans ses médicaments.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 13 Août 2007 : 02h00
A lire aussi
Homéopathie : paroles de soignants Publié le 10/10/2017 - 16h12

L’homéopathie est dans la ligne de mire de nombreux supporteurs et détracteurs qui s’affrontent par médias et communiqués interposés. Nous avons voulu donner la parole aux professionnels de santé, médecins, pharmaciens, et sages-femmes qui, bien que formés à la médecine conventionnelle...

Maladie d'Alzheimer : le point sur les médicaments actuels Publié le 12/02/2003 - 00h00

La maladie d'Alzheimer est une affection neurologique chronique altérant irrémédiablement les fonctions intellectuelles. Reconnue comme étant la 4e cause de mortalité dans les pays occidentaux, il n'existe pas à ce jour de traitement permettant la guérison et les enjeux thérapeutiques sont...

Plus d'articles