Hémorragie nasale (épistaxis)

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 25 Avril 2002 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 21 Mars 2014 : 18h17
-A +A
Il s'agit de l'hémorragie des fosses nasales, ou encore plus simplement, du saignement de nez.

Hémorragie nasale : les généralités

Bien qu'impressionnante, cette pathologie est le plus souvent bénigne et résulte en général d'un choc direct sur le nez.

La « tache vasculaire » est une concentration de petits vaisseaux située à l'avant de la cloison nasale, qui saigne facilement, mais est plus ou moins développée chez les individus.

Quelques conseils pratiques en cas de saignements du nez

En cas d'épistaxis, il ne faut pas mettre la tête en arrière.

Non seulement ça n'a pas d'effet sur le saignement, mais en plus, le sang s'écoulant dans la gorge, on ne peut évaluer l'importance du saignement. Il vaut donc mieux pencher la tête en avant.

  • Le premier geste à faire est de se moucher pour évacuer les caillots.
  • Ensuite, il faut arrêter le saignement.

    Pour arrêter le saignement, le plus efficace est de comprimer le nez entre deux doigts pendant quelques minutes (5 minutes minimum et une dizaine si saignement abondant ou si consommation d'aspirine auparavant). C'est parfois suffisant.

    Sinon, il faut mécher le nez avec un pansement coagulant tout prêt (voir la fiche trousse de terrain) ou une compresse imbibée d'eau oxygénée à l'aide d'une pince. L'utilisation d'une mèche grasse (mèche de gaze ou compresse enduite de pommade vaseline) est également possible.

    Attention toutefois aux mèches mises superficiellement en « bouchon » dans le nez, ne comprimant pas vraiment la tache vasculaire et masquant le saignement qui s'écoule en arrière dans la gorge. Il est parfois nécessaire de mécher les deux narines pour que ce soit suffisamment compressif, ce qui peut empêcher la reprise de l'activité sportive en cours.

  • Consulter un médecin.

    Dans tous les cas, il est préférable de consulter, même secondairement un médecin afin de rechercher une cause ayant favorisé le saignement en plus du traumatisme (comme une tache vasculaire trop développée ou un angiome), ce qui permet parfois de faire un traitement (cautérisation) pour éviter les récidives.

Plus rarement, certaines personnes ont des troubles de la coagulation du sang qu'il faut savoir dépister afin d'éviter une hémorragie plus grave (par exemple abdominale ou articulaire) à l'occasion d'un nouveau traumatisme sportif.

A savoir : l'aspirine favorise les saignements, même prise plusieurs jours auparavant.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 25 Avril 2002 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 21 Mars 2014 : 18h17
A lire aussi
Mon enfant saigne facilement du nez Publié le 17/05/2010 - 00h00

Lorsqu'un enfant saigne facilement du nez, il faut apprendre les bons gestes pour arrêter cette petite hémorragie des fosses nasales dénommée épistaxis. Simples, les quelques règles à respecter doivent être connues des parents et des enfants concernés. À titre d'exemple, allonger l'enfant...

Vous saignez du nez ? Publié le 15/03/2005 - 00h00

Le saignement de nez, même s'il est souvent spectaculaire, est rarement grave. Désigné médicalement par le terme « épistaxis », il est dû à la rupture de petits vaisseaux sanguins à l'intérieur du nez. Que faut-il faire, ne pas faire, quand consulter, qui sont les personnes à risque ?

Oeil au beurre noir Publié le 13/11/2001 - 00h00

L'apparition d'une ecchymose périorbitaire, mieux connue sous le nom d'œil au beurre noir, est toujours une expérience traumatisante. Bénigne dans la très grande majorité des cas, elle n'empêche pas de poursuivre normalement le cours de ses activités.

Trousse de terrain Publié le 26/04/2002 - 00h00

la composition sera différente selon qu'il s'agit de la trousse : - d'un membre non médical de l'encadrement (entraîneur ou dirigeant). - d'un kiné. - d'un médecin.

Plus d'articles