Ne soyez pas trop anxieuse, c'est mauvais pour vos douleurs !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 08 Juin 2017 : 09h58
Mis à jour le Jeudi 08 Juin 2017 : 10h39

La moitié des personnes atteintes de dépression ou d’anxiété souffrent aussi de douleurs chroniques. Comme quoi les maladies psychiques ont aussi de réelles répercussions physiques.

La moitié des dépressifs et des anxieux souffrent d’une autre maladie chronique

Cette étude a été menée à São Paulo, au Brésil, auprès de 5.000 personnes souffrant de troubles dépressifs ou d’anxiété. 49% des sujets atteints de dépression et 45% de ceux atteints d’anxiété souffraient également de douleurs chroniques. Parmi les dépressifs, 33% étaient également atteints d’une maladie respiratoire, 10% d’une maladie cardiovasculaire et 9% d’arthrite. Parmi les anxieux, 30% étaient aussi atteints d’une maladie respiratoire, 11% d’une maladie cardiovasculaire et 11% d’arthrite. Inversement, les personnes souffrant de deux maladies chroniques ou plus avaient une probabilité accrue d'anxiété ou de troubles anxieux. Enfin, tant chez les dépressifs que chez les anxieux, le risque d’hypertension était accru (23% des anxieux et des dépressifs sont aussi hypertendus).

Double ou triple peine pour les anxieux et les dépressifs

On retiendra que les maladies mentales sont le plus souvent associées à des maladies que l’on peut qualifier par opposition de « physiques » : douleurs, rhumatismes, hypertension, maladies cardiovasculaires, respiratoires, etc. Il convient de les diagnostiquer afin de les prendre à charge, elles aussi, et de prévenir leurs impacts sur la santé, lesquels sont potentiellement très conséquents. Elles ne doivent pas être considérées comme de simples artéfacts des maladies mentales.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 08 Juin 2017 : 09h58
Mis à jour le Jeudi 08 Juin 2017 : 10h39
Source : Melanie S. Askari, et al., Dual burden of chronic physical diseases and anxiety/mood disorders among São Paulo Megacity Mental Health Survey Sample, Brazil. Journal of Affective Disorders, 2017; 220: 1 DOI: 10.1016/j.jad.2017.05.027.
A lire aussi
Insomnie : des critères de diagnostics très précisPublié le 15/10/2007 - 00h00

Un Français sur trois manifeste au moins un des symptômes de l'insomnie, mais rares sont ceux qui en parlent à leur médecin. Or les répercussions sur la qualité de vie peuvent être particulièrement importantes. De son côté, le médecin dispose de recommandations de bonne pratique et de...

La musicothérapie, pour quoi faire ? Publié le 24/08/2009 - 00h00

Utiliser la musique, les sons et les rythmes comme méthode thérapeutique est une idée originale qui trouve des applications dans plusieurs domaines, allant du stress à la douleur, en passant par la rééducation des troubles neurologiques ou les problèmes comportementaux. Le point sur les...

Plus d'articles