Certains cancers sont plus fréquents dans les populations défavorisées

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 08 Février 2017 : 14h12
Mis à jour le Mercredi 08 Février 2017 : 14h13

Le milieu socio-économique auquel on appartient influe sur le risque de cancer. Par exemple, les personnes défavorisées sont plus exposées aux cancers du poumon tandis que les celles issues d’un milieu favorisé sont davantage touchées par le mélanome ou le cancer du sein pour les femmes. La lutte contre les inégalités sociales permettrait de prévenir des milliers de cas de cancer.

© Istock

Cancer et statut social, une réalité !

Selon l’étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) du 7 février 2017, « la France fait partie des pays au monde ayant les meilleurs indicateurs globaux de santé, mais elle présente aussi un gradient social de mortalité prématurée parmi les plus marqués en Europe ». Et « le cancer est l’une des pathologies qui contribue le plus à ce gradient ». L’objectif de ce travail était de qualifier et de quantifier l’influence de l’environnement socioéconomique sur l’incidence de 15 types de cancer. On constate ainsi que les cancers de l’estomac, du foie, des lèvres-bouche-pharynx et du poumon dans les deux sexes sont plus fréquents dans les populations défavorisées. Il en est de même des cancers du larynx, de l’œsophage, du pancréas et de la vessie chez l’homme et du cancer du col de l’utérus chez la femme. Inversement, les populations favorisées sont davantage touchées par le mélanome dans les deux sexes, les cancers de la prostate et du testicule chez l’homme et les cancers de l’ovaire et du sein chez la femme.

PUB

Lutter contre les inégalités et réduire les cas de cancer

L’étude conclut que « près de 15 000 cas de cancers pourraient être évités en France chaque année par l’amélioration des conditions de vie et la promotion de la santé des populations les plus défavorisées. » La lutte contre les inégalités sociales de santé reste une priorité des organisations internationales en santé.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 08 Février 2017 : 14h12
Mis à jour le Mercredi 08 Février 2017 : 14h13
Source : Joséphine Bryere et coll., ENVIRONNEMENT SOCIOÉCONOMIQUE ET INCIDENCE DES CANCERS EN France, BEH 4, 7 février 2017, http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2017/4/pdf/2017_4_1.pdf.
PUB
PUB
A lire aussi
Les Français se portent bienPublié le 18/02/2002 - 00h00

La santé des Français est bonne bien que des inégalités persistent. Ce sont les conclusions du rapport du Haut Comité à la Santé Publique (HCSP) parues au début du mois de février 2002....

La France bien classée pour ses taux de guérison du cancerPublié le 18/05/2009 - 00h00

Les dernières données de l'étude épidémiologique Eurocare 4 sur la survie des patients traités pour un cancer montrent que la France est bien placée dans de nombreux domaines, avec des taux de guérison du cancer parmi les plus élevés d'Europe.

15 millions de Français en surpoidsPublié le 17/10/2012 - 07h19

Selon la 6e édition de l’étude ObEpi-Roche, l’épidémie de l’obésité en France s’infléchit pour la première fois depuis 15 ans. La France compte malgré tout, en 2012, quelque 15 millions de personnes en surpoids, dont 7 millions d’adultes obèses, soit 15% de la population, contre...

Plus d'articles