Cancer : vers une meilleure prise en charge de la femme âgée

Publié par La Fondation ARC le Lundi 12 Novembre 2012 : 13h44

D'après une enquête nationale présentée lors des journées nationales d'échange de pratiques en oncogériatrie (EPOG) à Nantes, les oncologues prennent de plus en plus en compte les covariables gériatriques dans leur pratique.

© getty

Une nouvelle discipline : l’oncogériatrie

Face à une personne âgée de plus de 70 ans atteinte d'un cancer, le médecin doit prendre en compte son état général mais aussi ses autres maladies et leurs traitements afin de choisir la meilleure stratégie thérapeutique.

Discipline récente, l'oncogériatrie (1) qui promeut cette démarche commence à avoir un impact chez les médecins, au moins dans le cadre des cancers gynécologiques les plus fréquents, c'est-à-dire ceux du sein, de l'utérus et de l'ovaire.

PUB

Des traitements adaptés aux plus de 70 ans

C'est ce que révèle une enquête nationale réalisée auprès d'un échantillon représentatif de 101 oncologues questionnés sur leur pratique lorsque leurs patientes ont plus de 70 ans. Ceux-ci ont déclaré comme critères de décision pour orienter vers tel ou tel traitement :

  • l'état général
  • les fonctions d'organes (69 %),
  • les capacités fonctionnelles (58%),
  • la nutrition (56 %),
  • la compréhension du traitement par la patiente (39%).

Par ailleurs, les rapporteurs de l'étude soulignent un recours croissant à un bilan gériatrique avant le choix thérapeutique.

Ils indiquent toutefois que les médecins prescrivent encore trop peu de protocoles validés pour les patientes âgées et faisant pourtant l'objet de recommandations spécifiques.

(1) Voir brochure « L'oncogériatrie » réalisée par la Fondation AR, collection comprendre : http://arc-cancer.net/

Publié par La Fondation ARC le Lundi 12 Novembre 2012 : 13h44
Source : Fondation ARC
A lire aussi
Cancer du sein : les vrais progrès Publié le 09/01/2006 - 00h00

Nous connaissons tous, dans notre entourage, un ou plusieurs cas de cancer du sein. En effet, une femme a plus d'un risque sur dix de développer un cancer du sein. Depuis un demi-siècle, des bouleversements scientifiques se succèdent, tant au niveau du diagnostic, du dépistage que du traitement....

Ménopause et hormones : pas d'affolement !Publié le 19/05/2004 - 00h00

La polémique perdure autour du traitement hormonal substitutif de la ménopause, accusé en juillet 2002 par une étude américaine, d'augmenter le risque de cancer du sein et d'accidents cardiovasculaires. Effrayées, 28% des femmes ont stoppé leur traitement. L'Agence nationale d'accréditation...

Sida : zoom sur les trithérapiesPublié le 21/06/2013 - 09h14

On ne sait pas guérir le sida. En revanche, il existe des traitements qui permettent aux patients de vivre beaucoup plus longtemps qu’auparavant et d’améliorer leur qualité de vie. De même, les nouveaux traitements sont aujourd’hui moins contraignants et entraînent moins d’effets...

Plus d'articles