Cancer : un sein géant sur le parvis de la Défense pour informer les femmes

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Vendredi 01 Juin 2018 : 13h12

Pendant deux jours, une poitrine géante a été installée sur le parvis de la Défense (Hauts-de-Seine). L'objectif : informer les femmes sur le cancer du sein et sa détection.

© Autre
PUB

Après la prostate et le côlon, c'est au tour des seins de s'afficher en taille XXL. Le temps de deux jours, une poitrine géante s'est installée sur le parvis de la Défense (Hauts-de-Seine). Composé d'une structure gonflable, l'édifice a été élaboré par une artiste, en partenariat avec l'association ADK 92.

D'une allure grise en extérieur, la sculpture gonflable permet de découvrir l'intérieur du sein, assez mal connu du grand public.  L'occasion de découvrir les différents tissus qui composent notre poitrine, mais aussi les maladies qui peuvent l'atteindre.

Une information précise

Car c'est le but principal de l'événement : informer les femmes – et les hommes – sur le cancer du sein. A l'intérieur de cette poitrine géante, l'information est précise. Tout autour du visiteur ou de la visiteuse, des dispositifs gonflables se déploient au plafond jusqu'au centre du sein, le mamelon.

Ils représentent les canaux et les lobules qui servent à acheminer le lait maternel jusqu'aux tétons, et qui sont les premiers touchés par le cancer. De couleur rouge, jaune et violette, ces structures en relief symbolisent les différents stades de la tumeur : in situ, infiltrante puis étendue aux ganglions axillaires. Une vue inédite sur le sein, qui permet de mieux comprendre la maladie.

© Autre

Au centre de la pièce, un panneau d'information délivre des précisions à ce sujet. Plusieurs médecins de l'Institut Curie sont également présents pour répondre à des interrogations plus précises, sur le cancer comme le dépistage

PUB

L'autopalpation enseignée

Sous le deuxième sein, un film est projeté pour détailler les modalités du dépistage organisé et l'intérêt de ce dispositif. On y suit une femme venant de fêter ses 60 ans qui va réaliser une mammographie et découvrir un cancer.

La visite se poursuit à l'extérieur de la structure, en plein air. Plusieurs stands sont installés, tous traitant des thématiques autour du cancer du sein. Les membres de l'association expliquent ainsi l'intérêt de se faire dépister à partir de 50 ans.

Un peu plus loin, il est possible de s'exercer à l'autopalpation des seins sur une poitrine féminine grandeur nature. Les bons gestes sont enseignés, pas à pas. L'aspect ludique n'a pas été négligé non plus : les plus sportifs et sportives ont pu se préparer un smoothie aux fruits en pédalant sur un vélo. Un modelage des mains était également.

PUB
PUB
A lire aussi
L'autopalpation des seins ne dépiste pas le cancerPublié le 08/12/2008 - 00h00

Pendant quelques années, l'autopalpation des seins a été conseillée aux femmes dans l'espoir qu'elle permettrait de détecter les lésions éventuelles plus tôt. Cet espoir s'est avéré sans fondement, mais l'autopalpation reste d'actualité.

Octobre rose : le mois du cancer du seinPublié le 08/10/2007 - 00h00

Le mois d'octobre est attribué au cancer du sein depuis 1994. Cette année encore, l'objectif est d'inciter les femmes à participer au dépistage précoce. Si elles étaient 70% à adhérer au dépistage, contre 50% actuellement, la mortalité par cancer du sein pourrait diminuer d'un tiers !

Quels sont les signes d'un cancer du sein ?Publié le 28/10/2013 - 06h17

En octobre, le cancer du sein est dans tous les esprits. Des dizaines d’organisations se mobilisent pour que les femmes soient plus conscientes de ce qu’elles peuvent faire pour lutter contre la maladie.En effet, plus un cancer est détecté tôt, mieux il pourra être traité. C’est pourquoi
...

Examens gynécos : quand, comment, pourquoi ?Publié le 01/02/2018 - 13h00

C'est une visite incontournable dans la vie d'une femme : le rendez-vous chez le/la gynécologue. En fonction de votre âge ou de votre état de santé, certains examens seront nécessaires. E-Santé fait le point avec le Dr Béatrice Guigues, gynécologue à Caen (Calvados) et membre du Collège
...

Plus d'articles