Artérite : plus de 50% des malades s'ignorent !

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 15 Janvier 2001 : 01h00
-A +A
L'artérite des membres inférieurs (AMI) est une maladie vasculaire due à une inflammation de la paroi d'une artère pouvant entraîner son rétrécissement puis son occlusion. Souvent indolore sur une longue période, il semblerait que cette pathologie soit sous-estimée et que de nombreux malades s'ignorent. Or c'est très regrettable, car l'AMI représente un indicateur important du risque d'infarctus du myocarde et d'accident vasculaire cérébral, face auxquels on dispose de moyens de prévention primaire.

Dans le cadre de la lutte contre les maladies vasculaires, première cause de mortalité dans les pays développés, une vaste étude américaine a analysé la prévalence de l'AMI, le niveau de conscience de cette maladie et les risques cardiovasculaires associés. En regroupant tous les patients répondant aux critères de risque d'une artérite des membres inférieurs : âge supérieur à 70 ans, tabagisme ou diabète entre 50 et 69 ans, antécédent d'artérite ou de maladie cardiovasculaire (angor, infarctus du myocarde, revascularisation, accident vasculaire cérébral, thrombose veineuse, embolie pulmonaire), il s'avère que plus de la moitié des patients atteints d'AMI ne le savaient pas !Par ailleurs, l'AMI isolée touche plus souvent les femmes (60%) que les hommes. Dans l'ensemble des patients porteurs de l'affection, on note la coexistence fréquente d'une hypertension artérielle, d'une dyslipidémie, d'un diabète ou d'un tabagisme. Pour la majorité des patients touchés par l'AMI mais indemnes d'autres pathologies cardiovasculaires, le diagnostic d'AMI n'avait encore jamais été réalisé.

Un programme de sensibilisation à mettre en place

Comme pour l'hypertension ou le dosage du cholestérol, il est aujourd'hui indispensable de sensibiliser médecins généralistes et grand public sur la détection de l'artérite. Une telle méconnaissance de l'AMI est un frein à la lutte contre les accidents ischémiques (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral) car cette affection est un des principaux facteurs de risque de ces accidents pour lesquels on dispose de moyens de prévention primaire.

Une détection simple et fiable

La détection de l'artérite peut se faire à l'aide du Doppler. Il s'agit d'un appareil permettant de mesurer précisément la pression sanguine des membres. Simple d'utilisation et peu coûteux, cette méthode est rapide et fiable.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 15 Janvier 2001 : 01h00
Source : Conférence de presse, 73ème session de l'American Heart Association, La Nouvelle-Orléans, 2000. Communications Dr A. Hirsh et Dr W. Hyatt.
A lire aussi
L'artérite : à dépister à partir de la soixantaine Publié le 02/02/2009 - 00h00

Vous avez plus de 60 ans et vous présentez un facteur de risque cardiovasculaire (diabète, hypertension, cholestérol, antécédent familial...) ? Vous devriez faire mesurer votre ISP. Il s'agit d'un examen diagnostique très simple qui permet de dépister une artérite, affection qui peut...

Génétique et maladies cardiovasculaires Publié le 28/08/2001 - 00h00

Le siècle qui débute sera celui de l'émergence de la génétique dans la compréhension et la prise en charge des maladies cardiovasculaires. Il est probable que bientôt, on pourra dès le plus jeune âge, en prélevant quelques gouttes de sang ou de salive, déterminer grâce à une véritable...

Homme 40-49 ans Publié le 10/02/2009 - 00h00

Vous avez la quarantaine, et un bel âge, celui de la maturité ! Mais attention, après 40 ans, il est primoridal de veiller un peu plus à sa santé, car nos organes ne sont plus aussi jeunes qu'il y paraît ! Quels sont les points essentiels de prévention santé pour un homme âgé de 40 à 49...

Plus d'articles