Ventre : 3 semaines suffisent pour une petite bouée !

Selon une étude américaine, trois petites semaines avec moins d'activité physique suffisent pour augmenter la graisse viscérale. Et même pour que notre corps réagisse différemment à la nourriture que nous absorbons !
Publicité

Diminuer l'activité

L'étude suédoise a été menée sur 10 hommes en bonne santé (c'est très peu mais parfois suffisant pour donner une orientation), actifs mais pas très sportifs - moins de deux heures de sport par semaine, mais plus de 6000 pas effectués par jour (le minimum conseillé est de 5000 pas). Elle a consisté à leur demander de diminuer leur activité physique pendant trois semaines. Le but ? Même si l'on sait grâce aux statistiques qu'une activité physique régulière fait diminuer le risque de nombreuses maladies, il n'avait pour l'instant pas été prouvé que faire moins de sport avait un impact direct sur le fonctionnement du corps.

Publicité
Publicité

La bedaine, ça pousse vite

Le résultat a été concluant. Au bout de trois semaines d'activité physique diminuée, les participants voyaient que leur graisse viscérale (c'est-à-dire la graisse qui se dépose à l'intérieur de l'abdomen) avait augmenté de 7%. Or c'est la graisse viscérale qui augmente le risque de maladies cardiovasculaires. Il ne faut pas la confondre avec la graisse sous-cutanée, celle qui se forme juste sous la peau et avant le muscle. Cette graisse-là, qui nous dérange souvent plus parce qu'elle est plus facile à repérer, n'avait pas augmenté en ces trois semaines. Les sujets de l'expérience n'étaient pas visiblement plus gros.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 28 Avril 2008 : 02h00
Mis à jour le Mardi 07 Mai 2013 : 10h59
Source : Journal of the American Medical Association (19 mars 2008) ; www.webmd.com