Otite, oreilles douloureuses

© Istock

L'otite correspond à une inflammation des différents conduits et cavités de l'oreille. La plus fréquente chez l'enfant est l'otite moyenne aiguë. Selon l'Organisation mondiale pour la santé, elles sont de plus en plus fréquentes durant la petite enfance, avec environ 23 millions de cas par an en Europe. Elles sont traitées efficacement à l'aide d'antibiotiques, à la condition d'une prise en charge précoce.

Publicité

L'otite : deuxième motif de consultation chez le pédiatre

Rares sont les enfants qui échappent à cette affection particulièrement douloureuse : entre six mois et un an, un enfant sur trois fait au moins une otite.

L'inflammation est provoquée lors d'un rhume, d'une rhino-pharyngite, par les virus et les bactéries qui, à partir du nez, atteignent l'oreille. Elle se traduit alors par des douleurs intenses, de la fièvre (38,5°C) et parfois des troubles digestifs (douleurs abdominales, diarrhées, vomissements). Sous l'effet de la douleur, le tout-petit pleure et refuse de s'alimenter.

Le médecin examine l'oreille à l'aide d'une loupe lumineuse, appelée otoscope. Si le tympan est simplement rouge, on parle d'otite congestive, laquelle est soignée à l'aide de médicaments contre la fièvre et de gouttes dans les oreilles. En revanche, si le tympan est opaque ou bombé avec un écoulement dans l'oreille, il faut recourir aux antibiotiques. Une paracentèse est parfois réalisée ; elle consiste, sous anesthésie locale ou générale, à percer le tympan afin d'évacuer du pus et de calmer la douleur.

Dans tous les cas, il faut surveiller de près une otite jusqu'à sa guérison complète. En effet, la complication la plus fréquente est le passage à la chronicité. Beaucoup plus rarement, l'inflammation peut toucher l'os situé derrière l'oreille - mastoïdite -, l'oreille interne ou les méninges.

Otites à répétition

Lorsque les otites surviennent à répétition, elles peuvent atteindre la fonction auditive. L'enfant entend alors de plus en plus mal, on parle d'otite séreuse. En plus des antibiotiques et parfois d'anti-inflammatoires, il faut recourir à un aérateur transtympanique ou « yoyo ». Il est mis en place pour six mois à un an et s'élimine souvent spontanément. Il faut parfois enlever les végétations (adénoïdectomie) afin de limiter les rechutes. Un contrôle régulier de l'audition pendant un ou deux ans avec un audiogramme tous les six mois, s'impose.

Guide: 

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 14 Janvier 2004 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 01 Octobre 2015 : 12h14
PUB
PUB
PUB