Eclipse de soleil

Une éclipse de soleil sera visible au nord de l'Europe le 31 mai 2003. Son observation peut provoquer des troubles ophtalmologiques. Même si celle-ci aura lieu très tôt le matin, les risques ne sont pas négligeables. Munissez-vous de lunettes spéciales.
PUB

Cette éclipse se déroulera au lever du soleil. Elle sera visible en France sous forme d'éclipse partielle dans le nord-est, au nord d'une ligne joignant Caen à Annecy. L'occlusion maximale se produira en Alsace pour atteindre 80% et diminuera au fur et à mesure que l'on s'éloigne de cette région. Ce phénomène restera très bas sur l'horizon et s'achèvera lorsque le soleil atteindra une hauteur de 6° seulement.

Cette situation est donc très différente d'une éclipse spectaculaire, comme celle qui a eu lieu le 11 août 1999, en plein milieu de journée. Cependant, même s'ils seront faibles à cette heure matinale, les risques pour l'œil d'une l'observation directe, particulièrement chez les enfants, ne sont pas nuls.

PUB
PUB

Une éclipse de soleil peut être responsable :

  • de brûlures rétiniennes liées aux effets directs, thermique et photochimique du rayonnement solaire sur la rétine. De tels effets peuvent être irréversibles et conduire à une altération permanente de la vue ;
  • de lésions cornéennes.

Les autorités sanitaires invitent donc à profiter de ce phénomène dans de bonnes conditions de sécurité et donc à se munir de lunettes de protections spécialement conçues pour regarder directement le soleil. Elles sont disponibles chez nombre d'opticiens et pharmaciens.

Tous les autres systèmes de fortune, comme des verres fumés, des films radiologiques ou de simples lunettes de soleils, sont très largement insuffisants. De même, sachez qu'une éclipse ne peut en aucun cas être observée avec des instruments d'optique, comme des jumelles ou un téléobjectif.

Accès à de plus amples informations sur l'éclipse et les risques ophtalmologiques :

Publié le 28 Mai 2003
Auteurs : Dr Philippe Presles
Source : Communiqué de la Direction générale de la Santé, Paris, le 15 mai 2003.