La créatine rend intelligent

La créatine, produit dopant utilisé par certains sportifs dans le but d'augmenter leur masse musculaire, agirait également sur le cerveau en « boostant » la mémoire et l'intelligence.
PUB

Dopage du cerveau

Cette découverte a été faite par une équipe de chercheurs australiens à partir de 45 participants, de jeunes adultes en bonne santé. Répartis en deux groupes, les uns recevaient quotidiennement une dose de 5 grammes de créatine, les autres un placebo, durant six semaines. Un détail important à souligner : la totalité des sujets étaient végétariens afin que la consommation de viande et de poisson ne puisse interférer avec les résultats. Précisions cependant que pour atteindre l'équivalent de 5g de créatine, il faudrait avaler jusqu'à 2kg de viande par jour. Au terme de l'étude, les sujets ont été soumis à des tests de mémoire et d'intelligence. Il s'avère que les personnes ayant bénéficié de la créatine affichent de bien meilleurs scores. Cette substance influencerait les performances du cerveau en augmentant la capacité énergétique cérébrale.

PUB
PUB

Restons très prudent !

Avant toute conclusion hâtive, ces résultats doivent être répliqués à plus grande échelle. De plus, si la créatine exerce des effets sur le cerveau de sujets végétariens, il n'est pas dit qu'il en soit de même chez les mangeurs de viande rouge. On peut également se poser la même question pour les personnes âgées. D'autre part, la créatine n'est pas dénuée d'effets secondaires. A long terme, son rôle sur l'équilibre du glucose peut mettre en danger les diabétiques et les sujets à risque de diabète. Et à court terme, elle est susceptible de provoquer une rétention d'eau, des flatulences, une accentuation de l'odeur corporelle et une mauvaise haleine. Et pour finir, les effets de cette substance à forte dose ne sont pas connus. Dans tous les cas, ce produit n'est pas anodin pour l'organisme.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 22 Août 2003 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 21 Janvier 2016 : 15h51
Source : Rae C. et coll., Proceeding of the Royal Society : Biological Science, publication avancée en ligne le 13 août 2003, DOI : 10.1098/rspb.2003.2492.