• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    14 avis
  • Témoignages (0)

Se relaxer dans l’eau, et ne plus jamais la redouter !

Se relaxer dans l’eau, et ne plus jamais la redouter !

Pour 10 % d’entre nous, le milieu aquatique fait naître un sentiment d’angoisse. Quelques solutions pour apprivoiser cet élément, vaincre ses craintes et retrouver le plaisir de l’eau.

Un Français sur 5 a peur de l’eau

Vous préférez faire le lézard sur votre serviette plutôt que vous baigner dans la grande bleue ? N’auriez-vous pas un peu peur de l’eau ? C’est le cas d’un Français sur cinq. Et ces appréhensions se vivent à des degrés divers, de la simple angoisse à la phobie de l’eau.

Certaines personnes n’oseront pas s’aventurer là où elles n’ont pas pied ou ne voient pas le fond et leurs orteils. D’autres savent nager mais ne mettront jamais la tête sous l’eau. D’autres encore fuient les lieux où les enfants s’éclaboussent ou, pire encore, certaines appréhendent la douche ou le bain. Ces craintes ont généralement des origines variées, comme des parents stressés : « Attention, tu n’as pas pied ! », « Ne t’éloignes pas du bord ! ». Ou encore venir d’expériences traumatisantes. Des copains qui ont poussé à l’eau pour s’amuser, un mauvais maître nageur qui a obligé à sauter à l’eau, une noyade dont on a été témoin ou victime…

Ayez la bonne attitude

La toute première chose est d’éviter trois attitudes généralement adoptées spontanément : se faire violence, raisonner sa peur et entrer en compétition avec les autres. Elles ont leurs limites et peuvent avoir un effet inverse, ancrer encore plus la phobie de l’eau. Quelqu’un qui a peur de la profondeur en se forçant et en déployant beaucoup d’énergie afin de faire taire ses émotions réussira à traverser la piscine, à aller dans le grand bain ou tourner autour du bateau en pleine mer. Le but n’est pas de faire avec la peur mais de se sentir bien dans cet élément. Quant à raisonner, c’est peine perdue. Face à des situations ressenties comme étant très dangereuses, le cerveau n’est pas perméable au raisonnement. Comme vécu et émotions sont différents selon les individus, se comparer à l’autre n’a pas grand intérêt.

Article publié par le 08/07/2011
Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.

Sources : Bien-être et santé 383, juillet / août 2011.

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 
En partenariat avec Bien être et Santé

Coté Santé

Cet article est extrait du magazine Bien être & Santé du mois de Juillet Aout 2011. Il est distribué GRATUITEMENT dans les pharmacies abonnées.

Dans ce numéro vous découvrirez également :

  • Le dossier du mois Voyages et Santé
  • Les allergies oculaires
  • Patricia Kaas : Pour une femme, la liberté se mue parfois en handicap !

Demandez-le à votre pharmacien !