Un scalpel capable de reconnaître le tissu cancéreux

Publié par Nathalie Szapiro, journaliste santé le Vendredi 19 Juillet 2013 : 14h04
Mis à jour le Lundi 22 Juillet 2013 : 10h44

Susceptible d’être commercialisé d’ici deux ans, le scalpel baptisé « iKnife » s’avère capable de faire la différence entre du tissu sain et du tissu cancéreux. Sachant que les chirurgiens, lorsqu’ils retirent une tumeur, cherchent surtout à ne laisser aucune bribe de tissu cancéreux, la découverte pourrait s’avérer très prometteuse…

© Istock

Un bistouri rendu intelligent grâce à un faible courant électrique

Le scalpel « iKnife » n’a rien de magique. Son principe repose tout simplement sur l’envoi d’un faible courant électrique au moment de la découpe des tissus, ce qui génère de la vapeur : vapeur ensuite analysée par un spectromètre de masse, c’est-à-dire un gros appareil de la taille d’un réfrigérateur permettant de connaître les molécules qui composent le tissu, grâce à une analyse chimique et sa comparaison à une base de données. Informé en trois secondes seulement sur la nature du tissu découpé, le chirurgien peut alors prendre la décision de poursuivre l’intervention en enlevant davantage de tissu ou pas : son geste est encore plus précis…

PUB

Des premiers résultats encourageants pour l’« iKnife »

Les premiers tests ont porté sur des tissus provenant de 302 patients opérés de diverses tumeurs. De plus, d’autres tests ont été réalisés sur 91 patients, pendant l’intervention chirurgicale cette fois. Et les premiers résultats rapportent que le «iKnife » est particulièrement précis au point, qu’à terme, il pourra peut-être éviter d’envoyer pendant l’intervention des tissus à analyser en laboratoire, ce qui nécessite tout de même 20 à 30 minutes et s’avère très coûteux. Il pourrait surtout éviter les récidives locales, dues à « l’oubli » d’un petit fragment de tissu cancéreux par le chirurgien. Pour autant, avant d’être commercialisé, le « iKnife » va encore devoir passer d’autres tests à plus grande échelle. Son coût devra aussi baisser (il est actuellement de 290.000 €). Pour toutes ces raisons, il n’est pas attendu avant deux ans…

Publié par Nathalie Szapiro, journaliste santé le Vendredi 19 Juillet 2013 : 14h04
Mis à jour le Lundi 22 Juillet 2013 : 10h44
Source : Science Translational Medecine, 2013.
PUB
PUB
A lire aussi
Chirurgie laser : la vie sans lunettes ni lentilles...Publié le 29/09/2008 - 00h00

Avec une précision et une sécurité inégalées, de nouveaux lasers sculptent votre cornée au micron près. Résultat : on peut dès l'intervention achevée - qui dure moins d'une demi-heure - se passer de ses lunettes ou de ses lentilles... À qui s'adressent ces techniques laser toutes...

Le cerveau et la tumeur cérébrale : les idées reçues Publié le 28/01/2016 - 11h03

Opérer le cerveau sans endormir le patient, lui enlever une tumeur cérébrale dans la zone du langage sans lui retirer la parole... C’est possible et fascinant. Le Pr Hugues Duffau, neurochirurgien à Montpellier et lauréat de la médaille Herbert-Olivecrona, l’équivalent du prix Nobel de...

Plus d'articles