Un régime pauvre en FODMAP contre l’intestin irritable

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Mercredi 15 Avril 2015 : 15h53
Mis à jour le Jeudi 16 Avril 2015 : 12h46
-A +A

FODMAP ? Ce n’est pas un mot, mais un acronyme qui désigne un groupe de molécules, surtout des sucres. Leur consommation est actuellement désignée comme coupable ou partiellement coupable des symptômes si gênants du syndrome de l’intestin irritable

Les FODMAP, des sucres bien particuliers

L’acronyme FODMAP est anglais. Il désigne les Oligosaccharides, Disaccharides, Monosaccharides et les Polyols qui ont en commun le fait d’être Fermentescibles par la flore intestinale. Plus clairement, tous ces glucides (qui n’ont pas toujours un goût sucré) ne sont que partiellement absorbés par l'organisme pendant la digestion. En conséquence, quand ils arrivent dans le côlon, ils sont susceptibles d’être consommés et digérés par les bactéries qui y logent. Le résultat, bien souvent, ce sont les symptômes du syndrome de l’intestin irritable : ballonnements, gaz, douleurs intestinales, accompagnés de diarrhées ou de constipation selon les cas.

Diminuer les apports en FODMAP est efficace contre l’intestin irritable

Plusieurs études ont montré que si l’on diminue tous ces glucides, les symptômes de l’intestin irritable s'estompent. Le régime « FODMAP » a donc aujourd’hui sa place comme première solution diététique en cas de syndrome de l’intestin irritable. Malheureusement, ce régime est extrêmement contraignant. En effet, pour savoir quels aliments sont concernés, il faut savoir quel type de glucides ils contiennent, ce qui est loin d’être évident. Par ailleurs, tous ces glucides n’apportent pas forcément un goût sucré caractéristique. Les patients doivent donc aussi se méfier d’aliments comme certaines céréales (blé, orge et seigle), certains légumes (échalote, artichaut, poireaux, champignons) ou encore des laitages… Et pas question de faire des écarts : le régime doit être suivi très attentivement pour être efficace.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Mercredi 15 Avril 2015 : 15h53
Mis à jour le Jeudi 16 Avril 2015 : 12h46
Source : Eugénie Joly, Diététicienne chef en hospitalisation aux Cliniques Universitaires Saint-Luc.
A lire aussi
Hypersensibilité au gluten : une vraie maladie Publié le 06/02/2017 - 10h49

Bannir le gluten de son alimentation est devenu à la mode. Pourtant, cette protéine du blé n’est pas dangereuse, sauf pour les personnes qui souffrent de maladie cœliaque ou d’allergie au blé. Pourtant, chez d’autres, supprimer le gluten soulage considérablement leurs symptômes...

Plus d'articles