Quand les inhibiteurs de STAT3 font coup double contre le cancer

Publié par La Fondation ARC le Jeudi 13 Novembre 2014 : 15h28
Mis à jour le Jeudi 13 Novembre 2014 : 15h28

Réduire l’activité de la protéine STAT3 permettrait d’améliorer l’action anti-tumorale du système immunitaire. Une seconde bonne raison de développer des inhibiteurs initialement destinés à corriger une hyperactivité favorisant le développement tumoral.

© Istock

La protéine STAT3 : une cible thérapeutique potentielle

Impliquée dans de nombreux processus liés à la prolifération cellulaire, et anormalement activée dans de multiples cancers, la protéine STAT3 est apparue comme étant une cible thérapeutique potentielle. Plusieurs équipes travaillent ainsi sur la mise au point d’inhibiteurs de STAT3 dont le rôle serait d’enrayer la prolifération des cellules tumorales. La protéine étant également importante dans de nombreuses cellules immunitaires, des chercheurs autrichiens et italiens se sont intéressés aux effets d’une suppression de STAT3 sur les cellules NK (natural killer), première ligne de défense du système immunitaire contre les tumeurs.

PUB

Supprimer STAT3 réduit le développement tumoral

L’étude a ainsi montré que la suppression de la protéine STAT3 rendait les cellules NK plus agressives envers les cellules tumorales, l’effet ayant été observé dans diverses conditions expérimentales. Cette agressivité accrue des cellules NK serait due, d’après les résultats des chercheurs, à une production plus importante des molécules responsables de la destruction des cellules visées. Grâce à ces cellules NK optimisées, les chercheurs sont parvenus à réduire le développement de différentes tumeurs et notamment de leucémies.

Les résultats rapportés dans cette étude présagent donc d’un double effet des inhibiteurs de STAT3 qui seraient non seulement capables de réduire la prolifération des cellules tumorales mais aussi d’amplifier l’action anti-tumorale du système immunitaire. Une synergie qui sera évaluée dès les premiers essais cliniques.

Publié par La Fondation ARC le Jeudi 13 Novembre 2014 : 15h28
Mis à jour le Jeudi 13 Novembre 2014 : 15h28
Source : Fondation ARC - Gotthardt, D. et al ; Loss of STAT3 in murine NK cells enhances NK cell-dependent tumor surveillance ; Blood ; Publié le 9 octobre 2014.
A lire aussi
Cancer du sein : révolution prochaine de la thérapiePublié le 10/05/2005 - 00h00

Concernant le cancer du sein, mémorisez bien cette appellation : inhibiteur de la PARP1. L'explication scientifique est très compliquée, mais retenez que ce traitement est plus efficace et bien plus spécifique que les chimiothérapies actuellement disponibles. Cette stratégie thérapeutique...

Le fabuleux potentiel des cellules souches et des biothérapiesPublié le 09/07/2007 - 00h00

On parle beaucoup du potentiel extraordinaire des cellules souches, un peu moins des biothérapies. Sous ces dénominations qui peuvent laisser perplexe les non initiés, se cachent des thérapeutiques de pointe qui permettent aujourd'hui des guérisons parfois spectaculaires, sinon des...

Plus d'articles