Nager pour un cœur en forme

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 05 Novembre 2003 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 30 Avril 2015 : 11h32
-A +A
La natation est un excellent sport pour le coeur, y compris pour ceux qui ont fait un infarctus du myocarde. Tout l'art consiste à ne pas s'épuiser à se battre contre l'eau, pour glisser et nager de bonnes distances.

Reprendre en douceur et progressivement

On ne choisit pas de faire de la natation par hasard : il faut aimer l'eau et surtout aimer nager. Ce n'est généralement pas un sport que l'on rencontre sur le tard. Reste qu'il faut savoir s'entraîner, surtout si l'on a arrêté pendant 20 ans...

La règle d'or est de prendre son temps et de profiter au maximum du plaisir d'être dans l'eau. Si vous effectuez votre reprise, attachez-vous à retrouver vos sensations de fluidité et de mouvements. Commencez par un premier aller retour de bassin pour le plaisir. Vous êtes essoufflé ? C'est normal, vous êtes allé beaucoup trop vite, reprenez votre souffle : 50 ou 100 m, c'est long au début !

Quand votre cœur a retrouvé un rythme plus tranquille, aux alentours de 100, lancez-vous dans une autre étape en changeant complètement de tactique : essayez de nager 10 minutes sans vous arrêter, doucement s'il le faut. Peu importe la distance, ce qui compte c'est le temps. C'est cette notion qui compte maintenant : le temps. En procédant de la sorte, vous vous rendrez vite compte que les distances s'allongeront d'elles-mêmes au fur et à mesure que votre souffle s'améliorera. Au bout de trois mois, vous tiendrez sans difficulté les 20 à 30 minutes de nage qui, réalisées trois fois par semaine, feront le complet bonheur de votre cœur et de votre tête.

Nager oui, mais quelle nage choisir ?

Votre nage préférée bien sûr, qui sera probablement la brasse ou le crawl. Alternez entre ces deux nages et de temps en temps faites un peu de dos crawlé (pas toujours évident en piscine dans le couloir d'entraînement).

Au début, évitez le papillon. De toute façon vous ne ferez pas beaucoup plus que 10 mètres ! Et oui, les muscles des bras et des épaules ont fondu et il faudra attendre qu'ils se redéveloppent avant de vous essayer un peu au papillon. Un peu seulement car cette nage est beaucoup plus intense pour le cœur.

Concernant ces muscles des bras et des épaules, que nous sollicitons si peu dans la vie quotidienne, vous pouvez soit attendre qu'ils se reforment tous seuls, soit les aider un peu en faisant 10 à 20 pompes par jour. Cela prend deux minutes et c'est rapidement efficace. Ne cherchez pas à en faire davantage : vous vous ferez mal pour rien !

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 05 Novembre 2003 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 30 Avril 2015 : 11h32
A lire aussi
Endurance : choisir la bonne activité physique Publié le 02/11/2015 - 17h00

L’activité physique, c’est bon pour la santé. À condition de choisir celle qui vous convient. Natation, vélo, marche, aviron… Nous en avons listé quelques-unes pour vous aider à faire votre choix, en particulier dans le domaine de l’endurance. Suivez les conseils de Pierre Freile,...

Les bébés se jettent à l'eau Publié le 21/05/2003 - 00h00

Du 18 au 25 mai 2003, de nombreuses piscines ouvrent gratuitement leurs portes aux parents désireux d'initier leurs enfants aux joies de l'eau. Pour la 3e année consécutive, cette opération « premiers ploufs » est organisée par la Fédération des activités aquatiques d'éveil et de Loisir*.

Natation et santé : quel style de nage choisir ? Publié le 26/05/2014 - 07h30

Vous avez envie de vous (re)mettre à la natation ?Vous avez raison ! La natation est un sport complet qui sollicite tous les muscles du corps et développera vos capacités d'endurance (respiration, cardiovasculaire). De plus, dans l'eau, le poids du corps n'est plus une contrainte et les...

Quels sont les bienfaits de la natation ? Publié le 27/07/2009 - 00h00

C'est l'été ! Période idéale pour jouer les sirènes, se relaxer et se remuscler, les pieds dans l'eau. À la piscine ou à la plage... sachez profiter des multiples vertus de la natation. Côté Santé fait le point sur la question avec le Dr Stéphane Cascua, médecin du sport.

Plus d'articles